Niger : Réconfort royal

Niger : Réconfort royal

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a quitté la capitale Niamey, jeudi, à la fin de sa visite au Niger, pays traversant une grave crise des suites d’une sécheresse accrue. Le Souverain a été salué, à l’aéroport Hamani Diori, par le
président Mamadou Tandja, les membres du gouvernement du Niger ainsi que les représentants d’associations et du cercle diplomatique à Niamey.
En quittant ce pays, Sa Majesté le Roi a adressé un message au président Tandja l’assurant tout l’intérêt que prêtent le Souverain et le peuple marocain à la situation au Niger. Le Maroc et son Roi resteront solidaires du peuple nigérien et suivront l’évolution de la situation de manière attentive et régulière.
Mercredi, Sa Majesté le Roi s’était rendu dans la ville de Maradi, localité où avait élu domicile l’hôpital militaire de campagne installé depuis le début de ce mois de juillet par les Forces Armées Royales. Accompagné du président du Niger, Sa Majesté s’est enquis des prestations de l’équipe militaire marocaine et de l’évolution de l’état sanitaire des populations ciblées.
A en croire la MAP, cet hôpital militaire de campagne accueille, pour divers soins, près de 500 personnes par jour. A la date de mercredi dernier, et depuis le début de sa mission, cet hôpital a ainsi accueilli près de 6.000 patients et une attention particulière entoure les enfants, principales victimes de la malnutrition dans ce pays. L’équipe médicale militaire marocaine est composée de 65 personnes dont 22 médecins, 15 infirmiers en plus du personnel administratif et de soutien. A la même date, cette équipe médicale a distribué près de 40 % de ses stocks de médicaments gratuitement aux patients qui bénéficient d’ailleurs des prestations de médecins généralistes appuyées par la précieuse intervention d’une pléiade de spécialistes comptant parmi les meilleures compétences des services sanitaires des Forces Armées Royales.
Fidèle à ses engagements, le Maroc maintiendra encore cette équipe sur place pour venir en aide aux populations qui en ont besoin. Interrogé par la presse, Moulay Driss Archane, inspecteur général du service santé des FAR, affirme que l’hôpital militaire de campagne restera sur place le temps qu’il faudra. Pour ce dernier, il ne saurait être question d’ébaucher consultations et soins et abandonner les patients à leur sort.
Le Maroc a été l’un des premiers pays à prendre des mesures pour venir en aide au Niger. Le 5 juillet dernier, un premier avion marocain a décollé pour le Niger avec à bord des aides humanitaires d’urgence dont des denrées alimentaires et des médicaments.
Le Maroc, alerté par la situation dans ce pays, avait également appelé l’Organisation des Nations Unies à réagir. La semaine dernière, c’est le représentant du Maroc auprès de l’ONU qui adressait dans ce sens un appel au secrétaire général Kofi Annan pour une intervention d’urgence.
Mercredi, Kofi Annan a de nouveau salué l’initiative de Sa Majesté le Roi, qualifiée de généreuse, en faveur du Niger et de son peuple. Le responsable onusien a assuré que le Souverain restera informé de l’évolution de la situation au Niger et de toutes les actions que l’ONU entreprendra au profit de ce pays et de ses populations.
Le PAM (Programme alimentaire de l’ONU) vient d’ailleurs d’annoncer que son aide au Niger sera triplée dans les semaines à venir.
L’ONU, pour sa part, vient de lancer un appel de dons en faveur de Niamey de l’ordre de 30 millions de dollars. A en croire l’ONU, plusieurs pays européens et du Golfe notamment se sont déjà engagés à assurer près de 10 millions, soit le tiers du montant objet de l’appel onusien.
En mai dernier, le gouvernement nigérien avait déjà lancé un appel de dons pour un montant de 16 millions de dollars. Malgré plusieurs promesses, les dons n’ont pas suivi. Près du tiers de la population nigérienne, 3,6 millions d’habitants, souffrent des suites de la sécheresse et d’une malnutrition affectant essentiellement des centaines de milliers d’enfants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *