Noureddine Ayouche, président de 2007 DABA : «La constitution de pôles politiques n’est pas pour demain mais il faut continuer le travail»

Noureddine Ayouche, président de 2007 DABA : «La constitution de pôles politiques n’est pas pour demain mais il faut continuer le travail»

ALM : Quel est le bilan qu’on peut déjà faire de l’action de 2007 DABA ?
Noureddine Ayyouch : 2007 DABA est organisée en 4 commissions : Commission jeunes et ONG, la Commission femmes, la Commission élites intellectuelles et économiques et la Commission partis politiques.
Nous avons établi des plans d’actions par commission. Dans le cadre des actions de la commission jeunes, nous avons lancé la caravane de la citoyenneté qui a sillonné toutes les régions du Maroc pour sensibiliser les citoyens à l’importance de l’inscription sur les listes électorales et à l’importance du vote. C’est ainsi que nous avons distribué plus d’un million de flyers incitant à l’inscription sur les listes électorales, et nous continuons à distribuer plus de deux millions de flyers incitant au vote. Nous avons initié des partenariats avec des associations locales qui ont profité de plusieurs séances de formation, et nous avons organisé plusieurs conférences dans les universités, facultés et institutions. Nous avons aussi distribué le guide du citoyen que notre association a édité en 500.000 exemplaires.
La commission «femmes» a organisé plusieurs conférences pour promouvoir le renforcement de la représentativité des femmes au sein des instances politiques et augmenter le vote des femmes et leur adhésion aux partis politiques. En plus des coachings que nous avons proposés aux femmes politiques, nous avons organisé plusieurs tables rondes dont «femme, politique et médias» et une journée internationale intitulée «femmes parlementaires et l’approche genre». Ce dernier séminaire a permis de bénéficier des expériences des pays leaders en matière de représentation féminine au parlement. Des parlementaires représentant des pays tels que le Rwanda, l’Espagne, la France, la Syrie et la Suède ont exposé leur expérience, et des représentants de l’Etat marocain ont présenté leur plan d’action par rapport à l’approche genre.
En ce qui concerne les élites et leur intégration au sein des partis politiques, nous avons présenté les grandes lignes des programmes de 27 partis politiques dans notre brochure «les partis politiques marocains se présentent à vous». Cette brochure a été éditée en 50.000 exemplaires. Nous avons aussi organisé plusieurs réunions avec les élites pour inciter ces derniers à intégrer les partis politiques.
La commission partis politiques a rencontré les partis politiques à deux reprises. La première rencontre avait pour objectif de recueillir les réponses des partis politiques à des questions posées par 2007 DABA pour les intégrer dans notre brochure «les partis politiques marocains se présentent à vous». L’objectif de la deuxième était d’approfondir nos relations avec les partis politiques.
Pour accompagner ces derniers dans leurs stratégies de recrutement et de communication, nous avons organisé des workshops animés par des spécialistes nationaux et internationaux. Et dans un souci de rapprochement avec les citoyens, nous avons organisé dernièrement les assises régionales de la démocratie dans huit villes marocaines afin de promouvoir un véritable débat entre les partis politiques et les citoyens autour de thématiques précises : «Education et emploi», «politique sociale, solidarité et exclusion» , «gouvernance et lutte contre la corruption», «identité et culture». 
Enfin, une grande campagne de communication dans les grands médias pour inciter les citoyens au vote a été lancée en plus des 31 capsules qui ont été diffusées à la télévision pour éduquer les citoyennes et les citoyens marocains à la politique : 11 capsules en direction des femmes, 10 capsules en direction des jeunes, 10 capsules thèmes généraux. Un bureau d’études spécialisé est en train de réaliser le deuxième sondage d’opinion de 2007 DABA pour mesurer l’impact de nos actions et connaître les attentes des citoyens.

Que reste-t-il à faire, pour 2007 DABA, à quelques semaines de la date du scrutin ?
2007 DABA est dans la  phase de campagne d’incitation au vote. Comme je l’ai déjà mentionné, nous sommes en train de distribuer des millions de flyers qui incitent le citoyen marocain à aller voter massivement lors des prochaines élections. Une importante campagne télévisée va démarrer incessamment. Et comme nous sommes en période de vacances, nous avons mobilisé une équipe composée de jeunes pour la sensibilisation des citoyens dans les plages. Nous continuons les cycles de coaching en faveur des candidates et des candidats. Enfin, nous avons lancé, en partenariat avec la SNRT, les capsules audiovisuelles où nous posons des questions à tous les partis politiques qui se présentent aux élections.

Quelle lecture faites-vous du discours du Trône réservé, en grande partie, aux prochaines élections et au paysage politique ?
J’étais fier de constater que le plan d’action de 2007 DABA répond parfaitement aux recommandations de Sa Majesté le Roi lors du dernier discours. Nous sommes inscrits dans le cadre de cette approche participative qui engage toutes les composantes du pays, sans exception. Nous avons poussé sans cesse les élites à intégrer les partis politiques et nous avons encouragé les partis politiques à s’ouvrir davantage sur ces élites. Nous sensibilisons le citoyen à la chose politique et nous déployons tous les efforts pour insister sur le rôle des partis politiques dans l’ancrage de la démocratie. Nous devons tous nous engager dans cette démocratie participative et la défendre par tous les moyens, pour que le Maroc gagne.

Certains milieux accusent votre ONG d’avoir, en quelque sorte, outrepassé ses missions d’association pour s’ériger en «donneur de leçons», voire en «super parti». Qu’en pensez-vous ?
2007 DABA n’est ni un donneur de leçons ni un super parti. Nous sommes une association qui veut tout simplement servir de pont entre la société civile et les partis politiques. Seulement, nous voulons faire un travail professionnel. Quand 2007 DABA voulait organiser des workshops de coaching en faveur des femmes, elle a fait appel à un spécialiste et cela s’appelle du professionnalisme.  Quand 2007 DABA a décidé d’organiser des workshops sur le recrutement et la  communication, elle a fait appel aux spécialistes de renommée internationale. 2007 DABA ne donne pas de leçons mais cherche à faire profiter les partis politiques des expérimentations internationales. Notre association est une simple initiative citoyenne qui veut participer à l’ancrage de la démocratie au Maroc en tant qu’acteur de la société civile, à l’instar d’autres associations comme Alternatives et Afak. L’objectif de 2007 DABA est de participer à cette dynamique que vit notre pays actuellement.

L’un des chevaux de bataille de 2007 DABA est de contribuer à l’émergence de nouvelles élites politiques. Or, les listes des candidats des divers partis optent plutôt pour le statu quo. Qu’en dites-vous ?
Il faut avouer que beaucoup de choses ont changé au sein des partis politiques.  Il y a une grande volonté de changement chez ceux-ci. Les partis politiques ont besoin de nouvelles compétences mais pas d’opportunistes qui ne cherchent que des postes. Cela est parfaitement compris par les élites qui viennent d’intégrer les partis politiques. Il faut d’abord acquérir une expérience sur le terrain avant de prétendre à un poste quelconque.  Construisons ensemble le « Maroc souhaitable » sans prétention ni opportunisme. Quant aux partis, arrêtons de les critiquer et de les condamner arbitrairement.

Quelle appréciation faites-vous des programmes électoraux présentés à cette date par certains partis politiques? Pourrait-on parler d’une «révolution culturelle» en la matière ?
Plusieurs partis politiques ont présenté des programmes crédibles. Je salue aussi les partis politiques qui ont accompagné leurs propositions par un chiffrage financier. Les partis politiques sont de plus en plus conscients des attentes du citoyen. Ils ne cherchent plus à le berner avec des promesses mensongères.

Comment imaginez-vous la carte politique de l’après 7 septembre 2007 ?
Il n’y aura pas beaucoup de changement en 2007. C’est en 2009 et surtout en 2012 qu’il faut s’attendre à des changements visibles. La création de 3 pôles : socialiste, libéral et conservateur n’est pas pour demain. Mais, il faut préparer ces mutations profondes de notre paysage politique dès aujourd’hui, il n’y a pas de temps à perdre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *