Occupation illégale de l’espace public : Casablanca souffre de ses marchands ambulants

Occupation illégale de l’espace public : Casablanca souffre de ses marchands ambulants

Une opération de ratissage a démarré il y a une quinzaine de jours

Dans certains quartiers de Casablanca, les marchands ambulants ont envahi les rues bloquant tout passage de véhicules. Ce phénomène qui s’est propagé de manière préoccupante est un véritable calvaire qu’endurent quotidiennement les habitants.

La prolifération des marchands ambulants n’a cessé de s’amplifier ces dernières années. Ils sont partout : sur les bords des routes, devant les habitations, les centres commerciaux, à côté des cafés, à proximité des jardins publics. Dans certains quartiers de Casablanca, les marchands ambulants ont envahi les rues bloquant tout passage de véhicules. Ce phénomène qui s’est propagé de manière préoccupante est un véritable calvaire qu’endurent quotidiennement les habitants. Outre les rues bloquées, les nuisances sonores et les odeurs nauséabondes, certaines rues se sont transformées en véritable décharge à ciel ouvert lorsque les marchands plient bagage. Pour mettre fin à cette situation, le wali de Casablanca, Abdelkébir Zahoud, a donné ses instructions aux agents d’autorité de la ville pour lutter contre l’occupation illégale de l’espace public.

Une circulaire a ainsi été diffusée contre l’occupation illégale des domaines publics. Selon une source au conseil de la ville, cette opération a démarré il y a une quinzaine de jours et concerne toutes les communes de la métropole. «Celle-ci est coordonnée par les gouverneurs des préfectures. De son côté, le conseil de la ville collabore à cette opération par ses moyens humains et logistiques», précise notre source. L’opération cible dans un premier temps les marchands ambulants qui devront libérer l’espace public. Dans un second temps, les commerces et les cafés seront visés. Une mesure qui s’explique par le fait que les propriétaires des magasins et des cafés utilisent à leur tour les espaces publics de manière permanente et abusive sans aucune autorisation. Des sanctions seront prises à leur encontre pouvant aller jusqu’à la fermeture du commerce en cas de non-respect.

Selon notre source, cette opération a démarré au niveau des trois arrondissements de la préfecture de Casa Anfa, à savoir Anfa, Maârif et Sidi Belyout. «Deux jours par semaine au niveau de chaque arrondissement, les Forces auxiliaires et la police effectuent des descentes musclées contre les ferrachas», indique notre source qui tient à signaler que cette campagne de ratissage qui a débuté il y a encore quelques jours devrait porter ses fruits. Malgré ces interventions de la part des autorités, aucune stratégie n‘a encore été annoncée pour résoudre la problématique des marchands ambulants. Pour l’instant la situation reste alarmante.

Les vendeurs ambulants sont toujours aussi nombreux dans plusieurs artères dont le boulevard Mohammed V, les places des Nations Unies et Mohammed V, la rue Prince Moulay Abdellah. Rappelons qu’une étude menée en 2013 avait permis de mesurer l’ampleur du commerce ambulant au Maroc. Ainsi, quelque 276.000 commerçants ambulants sillonnaient les avenues et rues du Royaume il y a quatre ans, afin de subvenir aux besoins de 1,38 million de Marocains. Un chiffre qui a certainement dû augmenter depuis cette date . Cette activité représentait un manque à gagner de 478 millions de dirhams pour l’Etat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *