ONEE : L’extension des stations d’épuration des eaux usées des prisons El Arjate va bon train

ONEE : L’extension des stations d’épuration des eaux usées des prisons El Arjate va bon train

Les deux stations actuelles ne sont plus en mesure de traiter l’excédent des eaux usées

Les participants à une récente réunion au siège du secrétariat d’Etat chargé de l’eau à Rabat ont convenu d’accélérer les travaux d’extension des stations d’épuration des deux centres pénitentiaires El Arjate pour mettre un terme au problème de déversement d’excédent d’eaux usées dans le barrage Sidi Mohamed Benabdellah.

Lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part, la secrétaire d’Etat chargée de l’eau, Charafat Afilal, et le président de la Région de Rabat-Salé-Kénitra, Abdessamad Sekkal, en présence du directeur régional de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), Lakbir Sofi, et du directeur de l’Agence du bassin hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia, Abdelaziz Zerouali, les participants ont convenu que la station du centre pénitentiaire El Arjat 1 soit opérationnelle dans un mois et celle de la prison El Arjat 2 exploitable dans trois mois.

Les deux stations actuelles ne sont plus en mesure de traiter l’excédent des eaux usées estimé à 0,2 million m3 annuellement, alors que la capacité de retenue du barrage de Sidi Mohamed Benabdellah atteint les 706 millions m3, indique un communiqué conjoint des parties concernées.

Parmi les solutions à envisager pour faire face à ce problème, figurent la réalisation d’un bassin artificiel pour le rejet de ces eaux usées issues des deux prisons et la prise des mesures nécessaires afin d’éviter toute répercussion négative sur l’environnement.

Il a été également convenu de purifier et de traiter l’espace naturel dans lequel se trouvent les eaux usées et d’examiner en urgence la possibilité de déversement d’excédent d’eaux usées non traitées par le biais de camions-citernes afin de les rejeter dans les réseaux d’assainissement, entre autres.

Les services de l’Office de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) veillent, selon la même source, au traitement et au contrôle de la qualité des eaux du barrage de Sidi Mohamed Benabdellah sur le Bouregreg, conformément aux normes en vigueur, avant leur distribution aux citoyens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *