ONSSA : L’état sanitaire du cheptel avicole est normal

ONSSA : L’état sanitaire du cheptel avicole est normal

Un foyer de grippe aviaire s’est déclaré en Algérie et en Europe

La surveillance s’effectue au niveau de l’ensemble du territoire national et le long des frontières par les services vétérinaires de l’ONSSA, en étroite collaboration avec les services concernés, les vétérinaires du secteur privé et la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole.

«L’état sanitaire du cheptel avicole est normal. La consommation des viandes de volailles, d’œufs et de tout produit alimentaire à base de viande de volaille, ayant subi le contrôle vétérinaire, ne présente aucun risque pour la santé humaine». L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) se veut ainsi rassurant. En effet, suite à l’alerte lancée par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) qui a déclaré l’existence «d’un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H7N1 en Algérie et de cas de la maladie due à H5N8 dans certains pays d’Europe», l’Office a affirmé avoir pris dans l’immédiat un ensemble de mesures préventives pour éviter l’introduction de cette maladie au Maroc.

Au fait, cette surveillance s’effectue au niveau de l’ensemble du territoire national et le long des frontières par les services vétérinaires de l’ONSSA, en étroite collaboration avec les services concernés (douanes, gendarmerie royale, autorités locales), les vétérinaires du secteur privé et la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole. Ces mesures rentrent dans le cadre du programme de surveillance sanitaire du cheptel avicole au niveau national et aux frontières et elles ont pour but de protéger le cheptel national de tout risque pouvant menacer sa sécurité sanitaire. En effet, c’est dans ce sens que l’ONSSA a entrepris en coordination avec le poste de commandement central de lutte contre la grippe aviaire des mesures préventives comme le renforcement de la surveillance sanitaire à l’échelle nationale, notamment au niveau des frontières Est, afin de détecter rapidement toute suspicion de la maladie et prendre les mesures nécessaires dans l’immédiat.

Ensuite, l’Office a renforcé le suivi de l’état sanitaire des oiseaux migrateurs au niveau des sites humides, en étroite collaboration avec le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification. La même chose pour le contrôle aux frontières par les services concernés (douanes, gendarmerie royale, etc.) et interdiction d’entrée de tous oiseaux, de leurs produits ou de tout matériel avicole.

Des mesures de biosécurité et d’hygiène ont également été instaurées au niveau des élevages avicoles par les professionnels du secteur. Il en est de même pour le contrôle des moyens de transport des volailles par les services concernés (gendarmerie royale,…). En outre, l’utilisation des cageots en bois a été interdite conformément à la réglementation en vigueur. L’ONSSA a également mobilisé des laboratoires régionaux pour réaliser le diagnostic rapide de la maladie et faire le suivi continu de la situation de l’IAHP aux niveaux régional et international.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *