Onze morts et d’importants dégâts matériels

Onze morts et d’importants dégâts matériels

Les pluies diluviennes qui se sont abattues ces derniers jours sur le Maroc ont fait onze morts et causé d’importants dégâts matériels. Durant la seule journée du mardi 9 mars, dix personnes sont mortes dans plusieurs régions du Royaume. Cela dit, les prévisions météorologiques restent rassurantes pour les prochains jours. «Dès vendredi après-midi, la situation météorologique va s’améliorer. Malgré l’absence de précipitations durant les prochains jours, la vigilance reste de mise en raison des crues», déclare à ALM Mohamed Belhouchi, responsable à la direction de la météorologie nationale. Dans la région d’El Kisba, située à 45 km de Béni Mellal, sept personnes ont péri par noyade dans la crue d’un oued traversant le hameau Aït Hammou Abdessalam.Selon notre correspondant à Béni Mellal, il s’agit de trois femmes, trois enfants et un homme. En plus des pertes humaines, les dégâts matériels ne sont pas négligeables. «Dix maisons ont été charriées par les eaux. Les fortes précipitations ont complètement submergé les terres agricoles de la région», affirme la même source. Trois autres victimes sont à déplorer dans les villes de Taza et de Midelt. A Taza, un homme âgé de 27 ans a été tué suite à l’effondrement d’une grotte située en contrebas de Bab Rih. Le corps du jeune homme a été dégagé des décombres par les services de secours de la Protection civile. La seconde victime, une fille de 14 ans est morte par noyade dans une vallée inondée par les crues au niveau de l’oued Amlil. Selon les autorités locales, le corps de la défunte a été repêché. Par ailleurs, un immeuble de deux étages s’est effondré sans faire de victime. Plusieurs quartiers ont été inondés par les crues des oueds Inaouèn et Aghrouz. A Tétouan, le corps d’une femme septuagénaire a été découvert mardi après-midi par les autorités. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’une noyade.
La ville de Khénifra n’a pas été épargnée par les fortes pluies. Plus de 400 maisons dans différents quartiers de la ville ont été inondées. Les rejets des égouts engendrés par l’intensité des crues de l’oued Oum Errabie sont à l’origine de ces inondations. Les logements situés près de l’oued ont été les plus touchés. Plusieurs familles ont été évacuées de leurs maisons. Certaines ont été installées dans la maison des jeunes alors que d’autres ont préféré rejoindre leurs proches en attendant que les précipitations se calment. Comme l’année précédente, le tableau reste triste : des milliers de familles ont perdu leurs maisons, leur bétail, leurs cultures agricoles ainsi que leurs proches.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *