Ostéoporose : Comment préserver son capital osseux

Ostéoporose : Comment préserver son capital osseux

L’ostéoporose est une maladie silencieuse dont les conséquences peuvent être tragiques. Elle a la particularité de diminuer la densité osseuse. Avec l’âge, la masse osseuse régresse. Ainsi, vers l’âge de 30-35 ans, la formation osseuse dépasse la résorption. Autrement dit, la masse osseuse se construit et atteint son maximum. Entre 35 et 50 ans, résorption et formation sont à peu près en équilibre. Au-delà de 50 ans, la résorption osseuse commence à dépasser la formation de nouveaux os : l’équilibre est rompu. Le tissu osseux devient alors moins dense. Les os fragilisés et décalcifiés se cassent beaucoup plus facilement. Dans bon nombre de cas, les gens ignorent la maladie jusqu’au jour où ils font une fracture. Sans celle-ci, le malade ne peut soupçonner la présence d’ostéoporose. Et par conséquent, la perte osseuse peut se poursuivre durant plusieurs années sans causer de symptômes. L’ostéoporose souvent qualifiée de «mal silencieux» n’engendre généralement aucun symptôme. Toutefois, la réduction de la taille constitue l’un des premiers symptômes de cette maladie. Cette diminution est liée à une courbature du dos causée par un affaissement des vertèbres. Ce qui peut entraîner des douleurs intenses au dos. C’est pourquoi les rhumatologues insistent sur le dépistage. Diagnostiquée et traitée à temps, il est possible de stabiliser l’état des os et de réduire de 50% les risques de subir une fracture. Notons qu’à partir de 50 ans, la probabilité de présenter une fracture ostéoporotique est de 50% pour la femme et de 20% pour l’homme. Au-delà de 65 ans, le risque est plus important. C’est la raison pour laquelle les femmes de cet âge doivent subir une ostéodensitométrie. (voir encadré page 29).
Les spécialistes reconnaissent que la plupart des fractures se produisent chez des personnes dont la densité osseuse est normale. Celles-ci résultent le plus souvent de chutes qui avec l’âge sont de plus en plus fréquentes. Les fractures ostéoporotiques ne sont pas sans conséquence: perte d’autonomie, douleurs, réduction de la qualité de vie, etc…
Quant aux traitements, il existe plusieurs médicaments en mesure de freiner la dégénérescence osseuse, tout en réduisant de manière significative les risques de fractures. «En plus du calcium et de la vitamine D (qui ne sont pas suffisants s’ils sont utilisés seuls), les médicaments disponibles au Maroc sont de deux sortes. Il y a d’une part ceux qui ralentissent la résorption osseuse ou plus simplement la destruction osseuse: «Les Bisphosphonates» et d’autre part, ceux qui assurent à la fois une stimulation de la formation et ralentissement de la résorption osseuse», explique Dr Saloua Larhrissi. Et d’ajouter: «Le rythme de prise et les précautions de prise diffèrent et sont essentiels à respecter. Nous disposons au Maroc d’une panoplie de produits. Certains médicaments sont à prendre quotidiennement, d’autres de manière hebdomadaire ou annuelle en perfusion. Pour la perfusion, il faut compter 3700 DH par an». Rappelons que le calcium et la vitamine D sont essentiels pour lutter contre l’ostéoporose et il est fortement recommandé de les prendre de manière quotidienne. ( voir encadré). Seul hic, les Marocains consomment très peu de vitamine D. «90% des Marocaines et 95% des Marocains de plus de 50 ans sont en insuffisance de vitamine D. Le déficit est important et il faut le résorber». La lutte contre l’ostéoporose doit s’inscrire dans un plan global de prévention des fractures. En attendant, le Maroc ne dispose toujours pas de moyens efficaces pour réduire le risque de fracture lié à l’ostéoporose.

Du calcium et de la vitamine D contre l’ostéoporose
Les professionnels de la santé sont unanimes sur le fait que le calcium et la vitamine D diminuent les risques d’ostéoporose. Le calcium contribue à la constitution et la protection des os en les rendant plus solides et plus résistant aux fractures. Plusieurs études ont révélé à ce sujet qu’une complémentation prolongée en calcium peut réduire le risque de fracture chez les femmes âgées. Les nutritionnistes recommandent ainsi de consommer entre 1.200 et 1.500 mg de calcium par jour. Le rôle de la vitamine D est aussi important que celui du calcium dans la prévention et la lutte contre l’ostéoporose. Elle est la vitamine du calcium par excellence. La vitamine D contribue à la fixation des os au niveau de l’ossature. Celle-ci favorise l’absorption du calcium, tout d’abord dans le tractus intestinal puis au niveau des dents et des os. La déficience en vitamine D va de pair avec une densité osseuse plus basse, surtout au col de fémur. En effet, sans vitamine D, l’absorption de calcium est réduite, ce qui entraîne alors une résorption osseuse et une diminution de la densité minérale osseuse et, par conséquent, un risque plus élevé de fractures. La substitution avec la vitamine D associée à du calcium chez des personnes âgées augmente la densité osseuse et baisse l’incidence de fractures. C’est pourquoi bon nombre de médecins associent souvent calcium et vitamine D dans le traitement de l’ostéoporose.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *