Ould Abdel Aziz dément tout accord avec l’opposition

L’ex-chef du Haut Conseil d’Etat en Mauritanie, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, a démenti, samedi, après-midi à Atar (nord), qu’un accord ait été trouvé à Dakar entre les négociateurs mauritaniens sous les auspices de la communauté internationale, qualifiant ces informations de mensonges. «Un groupe de malfaiteurs propagent ces rumeurs et mensonges parce qu’ils sont conscients de leur échec inéluctable aux élections», a déclaré le général au cours d’un meeting électoral, une semaine avant la présidentielle. Le général qualifie régulièrement de «malfaiteurs» les représentants du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) et du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), qui fustigent la prise du pouvoir par l’armée et son action. «Nous ne négocions pas à Dakar avec ces malfaiteurs et bandits mais bien avec la communauté internationale dans le but d’asseoir la démocratie et aller de l’avant sur la voie du changement», a-t-il renchéri.  Le groupe international de contact sur la Mauritanie mène, depuis jeudi dernier, d’intenses négociations à Dakar avec les différentes parties mauritaniennes. Samedi, des sources proches de la négociation dans la capitale sénégalaise évoquaient la possibilité d’un report de plusieurs semaines de la présidentielle, comme le souhaite l’opposition. «Le scrutin est toujours prévu le 6 juin», a publiquement affirmé le général Ould Abdel Aziz, dont les propos étaient rapportés par l’Agence Nouakchott Information (ANI). L’élection présidentielle anticipée, boycottée par l’opposition, est programmée 10 mois après le coup d’Etat mené par Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a renversé le premier président démocratiquement élu du pays, Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Le général Ould Abdel Aziz est présenté comme le grand favori du scrutin, face à trois candidats de moindre poids qui n’avaient pas condamné le coup d’Etat.  Par ailleurs, le président sénégalais Abdoulaye Wade a invité toutes les forces politiques mauritaniennes à «œuvrer pour un consensus susceptible d’offrir une solution concertée permettant à tout un chacun de s’exprimer démocratiquement». Le chef de l’Etat sénégalais a demandé aux différents acteurs de «penser à leur peuple», affirmant que «les Mauritaniens aimeraient recevoir la nouvelle que leurs forces politiques ont réussi à trouver un consensus». Pour sa part, le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Ramtane Lamamra, a invité les forces politiques mauritaniennes à «faire des sacrifices dans le sens de trouver une solution».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *