Paris-Rabat-Madrid : L’axe de la confiance

Paris-Rabat-Madrid : L’axe de la confiance

Les ministres de l’Intérieur français et espagnol, Dominique de Villepin et José Antonio Alonso, ont décidé jeudi 7 octobre lors d’une réunion qu’ils ont tenue à Paris de « redoubler et d’intensifier » les efforts dans la lutte contre le terrorisme de l’ETA et des mouvements islamistes radicaux.
Les deux responsables ont évalué la possibilité d’étendre le « modèle » franco-espagnol de coopération antiterroriste à des voisins et à des alliés comme le Maroc afin de le faire accéder au groupe dit du G5 qui comprend l’Allemagne, la France, l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne et qui agit sur trois axes principaux à savoir la lutte contre le terrorisme islamiste, le trafic de stupéfiants et l’immigration illégale. Selon les ministres français et espagnol, l’institutionnalisation de la coopération dans le domaine de la sécurité en créant le triangle Paris-Rabat-Madrid pourrait donner un résultat excellent dans certains domaines prioritaires.
Parmi les objectifs visés par une telle initiative, la création d’une base de données unifiée sur les islamistes qui ont été formés dans les camps d’entraînements en Afghanistan ou dans d’autres régions du monde.
Paris et Madrid veulent donc créer un nouveau « club de coopération sécuritaire » qui serait mieux adapté à la nouvelle conjoncture mondiale et qui remplacerait l’ancien cadre existant depuis 1982 entre les services de renseignements de ces pays, aujourd’hui, devenu caduc. L’initiative franco-espagnole est une reconnaissance des efforts déployés par le Maroc dans la lutte antiterroriste, le trafic de stupéfiants et de l’immigration clandestine. Elle est aussi une réponse indirecte à tous ceux qui ont tenté d’entacher l’image du Maroc en essayant de semer le doute sur ses services de sécurité notamment en Espagne où l’aile radicale du Parti Populaire menée par l’ex-président du gouvernement José Maria Aznar a mené une campagne de dénigrement contre les services de sécurité marocains.
Des services dont le mérite est avéré et que l’invitation franco-espagnole à rejoindre les rangs de la lutte antiterroriste conjointe est en toute évidence une reconnaissance expresse de la confiance qui caractérise les relations entre ces services et leurs homologues en France et en Espagne. .
Par ailleurs, lors de la conférence de presse conjointe qu’ils ont tenue au terme de la réunion de travail à Paris, les deux ministres ont souligné la coopération « exemplaire » et « excellente » entre leurs deux pays dans le domaine de la sécurité et ils ont salué l’action conjointe des services de police français et espagnols qui a été couronnée par le succès de la dernière opération menée contre l’ETA, la semaine dernière, au sud-ouest de la France et qui a permis l’arrestation de deux membres importants de l’organisation terroriste basque.
Cette opération a été qualifiée par le ministre espagnol de l’Intérieur de « succès policier et politique » de la lutte menée conjointement contre l’ETA et qui « va à aider à terminer » avec la bande terroriste.
De son côté, de Villepin a souligné que cette opération a porté un coup dur à « la partie dure de la capacité terroriste » de l’ETA mais il a souligné la nécessité d’avoir « beaucoup d’humilité » considérant que « la coopération entre la France et l’Espagne est une réalité qui, depuis dimanche, est plus évidente que jamais ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *