Partenariat public-privé: L’assurance-maladie gagne en transparence

Partenariat public-privé: L’assurance-maladie gagne en transparence

La vulgarisation de la tarification, la normalisation des documents, des procédures et des outils de gestion de l’assurance-maladie ne tarderont, en principe, pas à se faire. Ceci grâce à une convention de partenariat relative à l’échange de l’information et de l’expertise dans le domaine de l’Assurance-maladie obligatoire (AMO) de base, tout fraîchement signée entre l’Agence nationale de l’assurance-maladie (ANAM) et MEDEN Healthcare, pôle santé du Groupe Saham.


Aujourd’hui, c’est à l’ANAM qu’incombe la lourde tâche de mettre en place des outils de régulation du système de l’AMO de base.  Elle est également chargée d’assurer l’encadrement technique de cette assurance et de gérer  les ressources affectées au régime d’assistance médicale. Pour mener à bien cette mission, des partenariats public-privé (PPP) sont recommandés. C’est dans ce sens que s’inscrit le partenariat conclu entre l’ANAM et MEDEN Healthcare.

Celui-ci vise d’une part à promouvoir la coopération entre les deux établissements en matière de vulgarisation de la tarification et de normalisation des documents, des procédures et des outils de gestion de l’assurance-maladie.
D’autre part, il prévoit le développement d’une plate-forme d’échange d’information et d’expertise. Ce dernier point s’étalera sur «l’évaluation des coûts des actes médicaux ainsi que la réalisation de rencontres, conférences et débats autour des thématiques relatives aux sujets d’intérêt commun», apprend-on auprès de l’ANAM qui précise par la même occasion que ce partenariat  «se base sur des principes fondamentaux de transparence en matière d’affichage des tarifs et de l’adhésion, le strict respect de la tarification nationale de référence ainsi que l’utilisation des documents et procédures normalisés par l’ANAM».

Il est à souligner dans ce sens que ce partenariat devrait être suivi par une meilleure collaboration avec les prestataires de soins, «dont l’objectif ultime est d’instaurer un cadre de partenariat exemplaire avec l’ensemble des intervenants de l’Assurance-maladie obligatoire de base», ajoute la même source. Pour rappel, le Maroc a procédé au déploiement de l’AMO en 2005 pour les fonctionnaires, les salariés et les titulaires de pensions des deux secteurs. 2016 a connu le lancement officiel du régime de l’assurance-maladie obligatoire des étudiants (AMO-E).

Si l’on se base sur les ambitions affichées lors de son lancement, ce régime devait bénéficier à près de 288.000 étudiants durant l’année universitaire 2015-2016 par la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de 110 millions de dirhams. Fait qui constitue un pas important vers la concrétisation de l’objectif de la couverture médicale universelle, un engagement auquel le Maroc a souscrit, à l’instar d’autres pays membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’objectif étant d’assurer à l’ensemble de la population un accès équitable à des soins de santé, qui soient de qualité et dont le coût n’entraîne pas de difficultés financières.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *