Pas de bras de fer entre El Yazghi et Radi

Pas de bras de fer entre El Yazghi et Radi

ALM : Beaucoup d’informations ont circulé à travers la presse sur les problèmes liés à l’élection du Premier secrétaire de l’USFP. Qu’en est-il réellement?
Abdelhadi Khayrate : Je tiens à préciser que lors de la dernière réunion du bureau politique dont je fais partie, il n’a nullement été question de vote. D’ailleurs, aucun membre du Bureau n’a présenté sa candidature. Je ne sais sérieusement pas comment la presse a pu en créer toute une histoire et toute une polémique. Le communiqué du Bureau politique qui a été publié dernièrement est très clair à ce sujet. Soyez sûr que le Bureau politique travaille sereinement aujourd’hui.
Vous voulez-dire qu’il n’y a pas de bras de fer entre Abdelouhed Radi, d’une part et Mohamed El Yazghi d’autre part?
C’est exactement cela. Abdelouhed Radi n’a jamais manifesté son intention de briguer le poste de Premier secrétaire. Il n’y a donc pas de raison de dire que le Bureau politique de l’USFP est composé de pro-El Yazghi et de pro-Radi. Ces informations sont infondées, je le répète encore une fois. Mais il n’y a pas de fumée sans feu. Ce ne sont que des spéculations des médias nationaux. Admettons qu’effectivement, il y a un problème de succession au sein de l’USFP après le départ de Abderrahmane Youssoufi, il faudrait au moins qu’il y ait un débat à ce sujet au sein du Bureau politique. Ce qui n’a pas été le cas jusqu’à aujourd’hui.
Quand le Bureau politique a-t-il décidé de se réunir à nouveau?
Après cette polémique médiatique infondée, nous avons décidé de temporiser un peu. Nous allons laisser les choses se tasser avant de procéder à l’élection du Premier secrétaire.
Vous attendrez la fin du mois de Ramadan?
Non pas forcément. L’essentiel c’est que les esprits soient calmes. Mais en attendant, nous continuons à traiter nos affaires courantes. L’activité du parti n’est pas gelée pour autant.
Que pensez-vous de la démission et du retrait de la politique de Me Abderrahmane Youssoufi?
Je pense sérieusement que c’est un coup de maître. Certes, il avait lui- même annoncé son départ éminent pour se consacrer à sa vie privée et à l’écriture de ses mémoires. C’est une décision qui se respecte. Mais la manière avec laquelle il a quitté le parti et l’action politique a attiré l’attention beaucoup plus que s’il l’avait fait à la suite du Congrès. En effet, dans ce dernier cas, les choses se serait déroulées normalement et sans éclats. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, notamment avec la lettre royale qui lui est spécialement destinée. C’est un coup de maître.
Que pensez-vous de la théorie défendue par Alioua selon laquelle une main invisible est à l’origine du fiasco des mairies? C’est peut-être la raison du départ de Youssoufi.
Ecoutez, nous faisons de la politique. Nous ne sommes pas dans une ferme, où l’employé mécontent s’en va sur un coup de tête. Au contraire, si nous sommes mécontents, on reste et on milite davantage. C’est ça la politique. Si Alioua pense qu’une main invisible est à l’origine de la déconfiture des communales pourquoi n’est-il pas parti alors? Je vous pose la question.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *