Pas de modification du statut du concours d’internat en médecine

Pas de modification du statut du concours d’internat en médecine

Les étudiants des facultés de médecine privées ne peuvent pas passer cet examen

Le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et le ministère de la santé sont catégoriques : il n’y a pas de modification du statut juridique du concours d’internat en médecine. A l’issue d’une réunion tenue par les deux départements le 15 mars, les ministères ont précisé à travers un communiqué que le statut actuel «ne permet pas aux étudiants inscrits aux facultés de médecine privées de passer les concours d’internat organisés par les facultés de médecine et de pharmacie publiques». Ainsi, le concours d’internat en médecine n’a subi aucune modification dans l’attente de la mise en œuvre de la réforme du 3ème cycle. 

Dans un communiqué conjoint, les deux ministères précisent par ailleurs que les cahiers des normes pédagogiques nationales (CNPN) n’ont pas fixé les modalités de formation pour la 6ème et la 7ème années. Cela dit, celles-ci relèvent des compétences des facultés de médecine et de pharmacie compte tenu de l’intérêt de l’étudiant, d’impliquer les professeurs-chercheurs et les étudiants dans ce processus. Conformément à ces CNPN, l’examen national d’habilitation est organisé en trois sessions chaque année par les facultés de médecine et de pharmacie qui s’en chargent elles-mêmes, sachant que les cahiers des normes pédagogiques nationales ne mentionnent en aucun cas la possibilité d’organiser un tel examen.

A noter qu’à l’issue de la septième année du cursus de formation, l’étudiant subit un examen national d’habilitation destiné à évaluer les compétences acquises. Seuls les étudiants ayant validé toutes les années du cursus de formation peuvent se présenter à cet examen. Il faut aussi relever que cet examen est aussi destiné  à évaluer les compétences des étudiants titulaires d’un diplôme de médecine à l’étranger ayant soumis une demande d’équivalence de leurs diplômes. Pour rappel, la formation au diplôme de docteur en médecine s’étend sur 7 ans et comporte 14 semestres d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation. Les quatre premiers semestres sont destinés à l’enseignement de modules scientifiques de base et aux sciences fondamentales précliniques. Les semestres S5 à S10 comportent des stages hospitaliers d’externat mi-temps et des enseignements théoriques ayant pour objectifs l’acquisition et le développement de compétences cliniques. Les semestres S11 à S14 sont consacrés aux stages d’internat à plein temps. Chaque semestre comprend 6 à 7 modules avec un volume horaire minimum de 50 h par module et un volume horaire global semestriel de 400 h maximum d’enseignement et d’évaluation. La formation comprend au minimum 89 modules.

L.Z

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *