Pas du tout surpris

Avez-vous été surpris d’apprendre que des Marocains ont été impliqués à un niveau aussi élevé dans les attentats de Madrid ? Les avis sont très partagés. 655 votants se sont exprimés. Si 53,3% ont répondu par l’affirmative, le reste, soit 46,7% a répondu non. À chacun de méditer ces résultats.
Les attentats de Madrid du 11 mars ont placé le Maroc en première ligne dès lors que les suspects arrêtés au gré des investigations s’avéraient être des ressortissants marocains. En dehors du fait que les Marocains constituent la première communauté musulmane en Espagne, le phénomène de l’implication de la bande à Zougam dans le drame madrilène s’explique par un faisceau de facteurs aussi complexes les uns que les autres.
Une chose est sûre: le terrorisme n’a pas de nationalité. Ce fléau n’arbore qu’un seul visage, celui de la haine. L’être humain dans cette affaire, kamikaze ou poseur de bombes, se trouve transformé en machine à tuer dans un contexte mondial de plus en plus confus où la vérité n’a jamais été aussi battue en brèche et où la manipulation de tout, y compris des esprits, n’a jamais été aussi forte. Cependant, l’implication des Marocains dans les attaques de Madrid nous renvoie de prime abord à la figure l’échec des politiques menées par les gouvernements qui se sont succédé au Maroc depuis l’indépendance. Politiques qui, que ce soit dans le domaine de l’éducation nationale ou celui des secteurs sociaux, ont favorisé l’émergence d’un terreau propice au refuge dans la religion avec tout ce que cette situation crée comme attitudes extrémistes et réflexes haineux.
Le pays a d’ailleurs subi dans sa chair et son âme à travers les attentats du 16 mai les effets de cette faillite qui a produit un grand nombre d’exclus. Une partie de ces derniers, pleins de ressentiment ou déjà embrigadés idéologiquement, ont émigré au fil des ans à l’étranger avec une préférence pour le Vieux Continent. Qu’est-ce que l’on peut attendre de profils de ce genre ? En tout cas, une intégration réussie dans le pays d’accueil est a priori difficile pour les intéressés qui cèdent d’autant plus facilement aux sirènes de l’intégrisme ou de l’opportunisme que les structures d’encadrement sur place sont absentes.
Voilà comment des individus comme Zougam et ses co-accusés marocains en arrivent par leurs agissements répréhensibles à salir l’image de tout un peuple y compris celle de leurs compatriotes qui, nombreux à l’étranger, sont en revanche des modèles d’une bonne intégration.
Le Maroc possède une communauté importante au-delà des frontières. C’est un atout important qu’il s’agit de préserver. Pour cela, il est nécessaire que les RME là où ils vivent, en France, en Italie, en Espagne, au Canada ou ailleurs, soient très bien encadrés dans de nouvelles structures à inventer complètement étant entendu que les fameuses amicales de France ont débouché sur un échec retentissant.
Ce travail de première importance, les autorités marocaines sont appelées à le mener en partenariat avec leurs homologues des pays d’accueil concernés. Une émigration incontrôlée et incontrôlable dans l’un ou l’autre sens nourrit et fortifie les réseaux terroristes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *