Pendant le jour de l’Aïd : Offrez un bon salage à la peau de votre mouton après abattage !

Pendant le jour de l’Aïd : Offrez un bon salage à la peau de votre mouton après abattage !

Nezha El Ouafi veut ressusciter une culture ancestrale autour de l’Aïd Al Adha. La secrétaire d’Etat chargée du développement durable recommande, mercredi après-midi à Rabat, d’offrir un bon salage à la peau du mouton après abattage à la maison.

«Il est temps de récupérer cette culture. Je me souviens que ma mère et grand-mère recouraient à cette pratique de recyclage», remonte-t-elle le temps lors du lancement, le même jour, de la 3ème campagne de sensibilisation pour la protection de l’environnement à l’occasion de la célébration du sacrifice. En fait, Mme El Ouafi préconise ce procédé en attendant de partir aux points mis à disposition pour tannage des 5 millions de peaux engendrés par cette fête.

La secrétaire d’Etat, qui se félicite également du grand apport du ministère de l’intérieur, annonce «la création, en septembre, d’une unité d’évaluation pour créer un écosystème dédié à la peau de mouton». Elle ne manque pas d’avancer des chiffres ressortis d’une étude menée par son département à propos de cette matière considérée également un déchet organique.

70 millions DH de cuir importés

Selon Mme El Ouafi, qui cite l’étude, «nous importons 70 millions DH de cuir de l’étranger». Ainsi, l’investissement en peau de mouton pourrait combler cette perte. La secrétaire d’Etat parle également des emplois perdus qui sont de l’ordre de «100.000 selon la Fédération marocaine des industries de cuir (FEDIC) au lieu de 5100».

Outre la collaboration avec cette structure, des conventions seront, selon la responsable, signées avec la société civile. A propos de la campagne, elle indique qu’un plan de collecte sera consacré à chaque ville en précisant que cette expérience va réussir. «Il ne faut pas enfouir les peaux mais les trier, collecter et créer un écosystème de valorisation afin de réduire le coût environnemental», exalte-t-elle en reconnaissant que les contraintes seront surmontées.

Une application mobile pour détecter les points de collecte de peaux

De son côté, le président de la Fedic, Hamid Ben Rhrido, estime que les 5 millions de peaux seront perdus en un jour, celui de la fête, en cas de non préservation.

D’où la perte des 70 millions DH. «Nous voulons une stratégie nationale pour préserver cette peau», lance-t-il. Pour lui, le salage à la maison dans les 3 heures suivant l’abattage permet d’éliminer les bactéries avant d’arriver au tannage. «Des tanneries seront ouvertes le jour de l’Aïd pour resalage et industrialisation», détaille-t-il. Celles déjà existantes ayant une capacité d’accueil limitée. D’où l’importance d’une filière industrielle. De plus, des caravanes seront organisées et des capsules sont diffusées sur plusieurs médias pour sensibilisation avec le concours de l’Alliance marocaine pour le climat et le développement durable ainsi que l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre.

Aussi, une application mobile est dédiée à l’identification du point de collecte des peaux le plus proche. Outre les villes de Rabat, Casablanca, Fès et Marrakech, des projets pilotes seront lancés à Beni Mellal, El Jadida et Berrechid.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *