Perpétuité pour le pompier violeur et meurtrier

Les jurés du Rhône ont suivi leurs homologues du Gard et n’ont pas cru  à l’innocence du pompier professionnel d’Avignon. Une innocence clamée haut et fort en dépit de charges accablantes. La sentence vient mettre un terme à une affaire hors du commun débutée en décembre 1987 avec la  découverte sur les hauteurs de Villeneuve-lès-Avignon, du corps d’Évelyne Boucher, une jeune lycéenne de 16 ans. Pendant près de 20 ans, l’enquête n’avait pas prospéré en dépit des multiples vérifications faites auprès de l’entourage, du voisinage mais aussi des tueurs en série de «passage» dans la région. Rappelons que Robert Greiner qui avait été confondu par des tests ADN, 19 ans après les faits, a nié avoir rencontré la jeune fille. Cependant, il a en outre été interrogé sur une note rédigée par un officier de la police judiciaire faisant état que Robert Greiner aurait fait des révélations sur un rapport sexuel qu’il aurait eu avec la lycéenne.
Ces déclarations auraient été faites lors de son transfert au tribunal de Nîmes, après son interpellation. Interrogé sur cette confession, M. Greiner a répondu: «C’est n’importe quoi», et répété qu’il ne comprenait pas ce qu’on lui reprochait, a indiqué son avocat. Me Gontard a demandé une confrontation entre son client et l’officier de la police judiciaire. Il demande aussi une nouvelle expertise ADN, car il conteste la fiabilité des tests qui ont été pratiqués en 1987 sur le corps de la victime et qui ont permis de confondre le pompier. Celui-ci avait été condamné en 2004 pour des violences volontaires sur un parking. Le parquet avait alors ordonné des prélèvements ADN auxquels le suspect avait été contraint de se soumettre en mai 2005. En juin dernier, le parquet de Nîmes avait reçu le résultat des tests montrant que l’ADN du pompier correspondait à celui retrouvé sur le corps de la jeune fille. Des examens complémentaires ont été effectués et ont montré que les deux empreintes correspondaient «à plus de 99,9%», selon le procureur de la République de Nîmes. Evelyne Boucher, élève dans un lycée d’Avignon, avait été violée et tuée d’une balle.Son corps avait été retrouvé près d’une décharge publique par deux chasseurs le 8 décembre 1987, aux Angles (Gard), près de Villeneuve- lès-Avignon où elle était domiciliée.
 
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *