Perspectives : Préserver les jeunes de l’oisiveté

«Vacances pour tous» est l’opération lancée par le Secrétariat d’Etat chargé de la jeunesse. Entamée à  partir de cet été, cette démarche ambitionne de faire profiter de vacances, au sens propre du terme, un nombre plus important, que par le passé, d’enfants et de jeunes.
En effet, le record des bénéficiaires était jusque-là de 49 000 enfants. Il a été établi en 2002. «Vacances pour tous» envisage pratiquement de doubler ce chiffre, le portant ainsi à 100000 bénéficiaires. L’idée de revoir ce nombre à la hausse a été dictée par le constat que l’opération était jusque-là en deçà de la demande.
La qualité des prestations et des conditions d’accueil n’a cependant pas été en reste. En effet, les colonies de vacances ont fait l’objet d’importantes améliorations, aussi bien en ce qui concerne les programmes que les services. Ainsi, l’hébergement, l’alimentation, l’encadrement et tout ce qui gravite autour des colonies a subi des changements manifestes.
Le budget global consacré à l’opération «Vacances pour tous» est de l’ordre de 27.009.131 dirhams, réparti entre le budget de fonctionnement (20.246.031 DH) et le budget d’investissement (6.763.100 DH). Le budget de fonctionnement comporte l’alimentation, les indemnités d’encadrement, les frais de transport des bénéficiaires et l’entretien des infrastructures et de leurs équipements.
Quant au budget d’investissement, celui-ci est alloué à l’aménagement et la construction des plates-formes, l’acquisition de matériel de literie, de couchage et de buanderie, ainsi que l’achat de tables, chaises et matériel de cuisine. Ceci nous amène à souligner que le programme des colonies de vacances profite non seulement aux enfants mais aussi à l’économie. Aussi, plus de 9780 personnes seront mobilisées pour assurer l’encadrement des enfants.
Par ailleurs, les centres urbains passeront de 17 à 30 lors de cette saison. En conséquence, leur capacité d’accueil passe de 10 690 à 30 800 bénéficiaires.
Les centres permanents, quant à eux, sont passés de 27 à 31 unités.
Forts louables, des opérations de cette envergure permettent à des enfants aux moyens limités de goûter aux délices des vacances. Par ricochet, cela leur permet, dans un premier temps, d’atténuer les effets néfastes de l’oisiveté, ainsi que d’apprendre l’autonomie et d’apprendre les bases de la vie en communauté. En somme, et sur tous les plans, cela ne pourrait s’avérer que bénéfique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *