Petits métiers, grands risques

Petits métiers, grands risques

Des ouvriers penchés pardessus le toit d’un immeuble encore inachevé, d’autres manipulant des outils à haut risque sans aucune mesure de sécurité… les exemples comme ceux-là courent malheureusement les rues. Le constat est partout le même : Exercer un petit métier au Maroc comporte des risques innombrables.
En fait, la sécurité au travail est loin d’être un acquis pour les milliers de travailleurs de l’informel. D’autant plus qu’il s’agit, en fait, d’une notion très nouvelle, introduite par le nouveau code du travail, que les entreprises marocaines ne connaissent pas encore suffisamment et qu’on ne peut pas faire appliquer du jour au lendemain.
« Le secteur informel travaille généralement en marge de la légalité. Il s’agit d’un secteur peu maîtrisable, voire invisible. Personnellement, j’estime que la seule possibilité qui existe pour ce secteur est d’attirer les structures informelles pour qu’elles s’intègrent dans un environnement plus formel », révèle le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mustapha Mansouri, dans une déclaration à ALM.
Parler de sécurité au travail dans le secteur informel relèverait ainsi presque de l’impossible. « Je pense que cette notion de sécurité est déjà loin d’être intégrée dans le secteur formel où on compte toujours un déficit énorme en la matière », estime M. Mansouri. La situation est donc pratiquement désespérée pour le secteur informel. Et même dans le secteur formel, les statistiques officielles font braquer les projecteurs sur une réalité qui n’est que trop sous-estimée. En effet, le nombre d’accidents du travail au Maroc serait de l’ordre de 60.000 cas par an. C’est dire l’énormité de la tâche en ce qui concerne la mise en place de mesures de sécurité au travail.
Ce chiffre est néanmoins considéré comme approximatif. Il faut, en effet, préciser qu’un bon nombre d’accidents du travail ne sont souvent pas déclarés, notamment à cause de leur moindre gravité. Néanmoins, ils sont généralement pris en charge par les entreprises elles-mêmes pour éviter que leurs primes d’assurances ne soient revues à la hausse.
La réalité serait donc d’une dimension plus grande, surtout que la sécurité au travail reste précaire, assimilable généralement aux quelques pratiques primaires, telles que le port du casque ou l’installation des extincteurs au sein de l’entreprise.

Management de la sécurité au travail
Le management de la santé et de la sécurité au travail a pour but de faciliter la gestion des risques associés aux activités de l’entreprise.
Il s’agit donc de la mise en place d’une organisation interne bien structurée, et qui a pour unique objectif de gérer efficacement la protection des personnes et des biens.
Appliquer les normes de sécurité au travail est une  excellente opportunité pour que l’entreprise puisse se pencher sur les problèmes liés aux dangers générés par ses activités. Les systèmes de management de santé et de sécurité au travail se basent sur une analyse des risques permettant l’identification de tous les dangers présents dans l’entreprise et leur évaluation.
Une bonne connaissance de ces risques permet à l’entreprise d’une part d’anticiper leur survenance à travers l’élaboration de mesures de prévention et d’autre part de réduire leurs conséquences par la mise en place de mesures de protection.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *