Peu de risque de transmission de la tuberculose dans les avions

Peu de risque de transmission de la tuberculose dans les avions

Le risque de transmission de la tuberculose dans les avions est faible et le traçage des passagers et membres d’équipage qui auraient pu être exposés à une personne infectée par cette maladie, recommandé par l’OMS, est inefficace, selon une revue d’études. Des directives récentes (2006 et 2008) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommandent le traçage des passagers aériens assis pendant plus de huit heures dans des rangées adjacentes à celle d’une personne tuberculeuse. Elles recommandent en outre qu’une personne infectée par la tuberculose soit interdite de tout vol commercial tant qu’elle est contagieuse. Ibrahim Abubakar (université d’East Anglia, Norwich, Royaume-Uni), qui préside le groupe de travail sur la tuberculose et le transport aérien du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a analysé 13 études incluant plus de 4.300 passagers de six pays. La majorité des études n’a pas trouvé de preuve d’une transmission de la tuberculose associée au voyage en avion. Seules deux d’entre elles apportent une preuve convaincante de transmission, a-t-il relevé. Au total, sur 2.761 passagers ou membres d’équipage testés, seulement dix ont montré une réaction tuberculinique positive. Mais aucun cas de tuberculose active (maladie) résultant d’une transmission pendant un voyage aérien n’a été rapportée. «Bien qu’une cabine d’avion soit un espace clos et confiné, la durée d’exposition est relativement courte comparée à se qui se passe dans un foyer ou dans d’autres modes de transports où des individus effectuent le même trajet quotidiennement», a commenté l’auteur de la revue d’études.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *