Piqûres de scorpion : La vigilance est de mise

Piqûres de scorpion : La vigilance est de mise

La période estivale est synonyme de vacances, mer, soleil… mais elle amène avec elle aussi son lot de désagréments.

En effet,  c’est une période de l’année où les scorpions font des ravages dans de nombreuses régions du Maroc. En guise de prévention le ministère de la santé explique la conduite à tenir devant une piqûre de scorpion dans un document consacré à la physiopathologie de l’envenimation.  Ces piqûres sont parfois graves et peuvent causer une envenimation, voire même un décès, particulièrement chez l’enfant. En effet, «les statistiques montrent que sur 100 patients piqués, moins de 10 sont envenimés (90% des piqûres sont blanches sans injection de venin). La prise en charge rationnelle d’un patient piqué par le scorpion réside dans la distinction entre une piqûre simple sans envenimation et une piqûre avec envenimation», souligne la même source.

Celle-ci se base sur un interrogatoire du patient et de son entourage, un examen local, locorégional et un examen général précis et méthodique. Dans son document le ministère explique que pour les patients piqués mais non envenimés, la prise en charge se fait en ambulatoire dans n’importe quelle structure sanitaire (dispensaire, centre de santé, hôpital…). Cette prise en charge nécessite un traitement symptomatique des signes locaux et une surveillance jusqu’à un temps post piqûre (TPP) de 4 heures. Le patient et son entourage doivent être informés sur les moyens préventifs, sur la différence entre piqûre et envenimation et sur le danger et l’inefficacité de certaines pratiques (garrot, incision, scarification, application de produits traditionnels…) qui ne font que retarder la prise en charge. Quant à l’examen général, il se fait sur la base d’une évaluation de l’état de conscience, la prise des constantes vitales (à savoir la pression artérielle (PA), fréquence cardiaque (FC), rythme cardiaque (RC), fréquence respiratoire (FR), température (T°) et poids) et enfin la  recherche des signes de détresse vitale (cardio-vasculaires, respiratoires).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *