Plan national contre l’analphabétisme

«Nous avons décidé d’accorder un intérêt particulier à l’élimination de l’analphabétisme qui, hélas, demeure très répandu dans les villes et les campagnes, à des degrés divers, ce qui est en inadéquation avec la position du Maroc, son rang et ses ambitions, car un tel phénomène représente un obstacle dont l’élimination requiert la mobilisation de toutes les potentialités et énergies», avait souligné S.M. le Roi Mohammed VI, dans son discours adressé à la nation, à l’occasion du 37e anniversaire du Souverain.
Cette citation du Souverain, qui rejoint celle de son ancêtre le prophète Sidna Mohammed lorsqu’il avait dit : «Je ne consens pas qu’un membre de ma nation soit analphabète», a donné le ton en matière de lutte contre l’analphabétisme, dans les différentes régions du pays. Depuis, les efforts des pouvoirs publics et des différentes composantes de la société civile se multiplient en vue d’éradiquer ce fléau qui entrave le développement du pays et ternit son image.
Dans ce cadre, Mme Najima Rhozali Tay Tay, secrétaire d’Etat chargée de l’Alphabétisation et de l’Education non-formelle, vient d’annoncer qu’un plan d’action a été mis en place pour faire passer le taux des analphabètes dans le Royaume de 48 à 35 % en l’an 2007. Ce plan vise l’alphabétisation d’un million de personnes par an, souligne Mme Tay Tay, rappelant que 400.000 personnes seulement bénéficient pour le moment de cours d’alphabétisation.
Et pour concrétiser ce plan, la secrétaire d’Etat a précisé, lors d’une rencontre avec des acteurs de la société civile oeuvrant dans le domaine de la lutte contre l’analphabétisme dans la région de l’Oriental, que son département fera appel notamment aux académies régionales et aux délégations du ministère de l’Education nationale ainsi qu’à tous les autres acteurs actifs dans ce secteur. Et d’ajouter que des mesures seront également prises pour mettre en oeuvre ce plan, à travers la simplification des procédures administratives, la conclusion de conventions de partenariat avec des représentants de la société civile et la délégation de pouvoirs aux services régionaux en la matière. A souligner que dans le cadre de la convention de partenariat conclue le 14 janvier entre le secrétariat d’Etat chargée de l’Alphabétisation et de l’Education non-formelle et la Fondation Banque populaire pour l ‘éducation et la culture, une convention de partenariat en matière d’analphabétisme a été signée récemment entre cette dernière et l’Association « Amal » au profit de 1017 bénéficiaires issus des régions de la wilaya du Grand Casablanca.
Il faut dire que si le taux d’analphabétisme enregistré au niveau national est passé de 90% en 1960 à 55% en 1994 pour atteindre 48% actuellement, avant d’aboutir à 35 % à l’horizon 2007, il reste cependant supérieur aux normes internationales.
Dans le monde, le nombre d’analphabètes est de l’ordre de 868 millions. Le taux des illettrés à travers le monde est tombé de 30,8 % en 1980 à 22,8% en 1995 et devrait passer à 16,6% en 2010.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *