Pluie bienfaitrice mais…

C’est un mini déluge que celui que vient de connaître une grande partie du Maroc. La pluie a choisi la nuit du 13 et la journée du 14 novembre pour annoncer son arrivée en trombe, à la grande joie de l’ensemble des citoyens. En tout cas ceux qui n’ont pas été inondés.
Rien que sur l’axe Casablanca, Mohammedia, Rabat, la débandade causée par les dernières précipitations fut impressionnante. Dans la nuit de vendredi à samedi à Mohammedia, de fortes inondations ont eu lieu. Heureusement, aucune perte de vie humaine n’a été enregistrée. De ce côté, il y a eu plus de peur que de mal. Cependant, on ne peut faire le même constat sur le plan des dégâts matériels.
Plusieurs quartiers de la ville ont été submergés par les eaux provenant du barrage de l’Oued Malah, après les fortes précipitations qui se sont abattues sur la ville jeudi et vendredi. Les fortes averses ont quand même épargné les installations pétrolières aux limites de la ville. Ce n’est que samedi vers midi, que la situation commençait à se normaliser et le niveau d’eau a diminuer. Dans la capitale économique, ces précipitations ont fortement perturbé l’activité dans la ville. Malgré les efforts entamés depuis longtemps pour la prévention de ce genre de problème, certaines artères ont presque été coupées de la circulation pendant un bon moment, obligeant le trafic automobile à effectuer des détours encombrants. D’autant plus que les plus fortes chutes sont survenues aux environs de 15h à 16 h, pendant la journée du jeudi 14 novembre.
Les quartiers populaires, c’est une autre paire de manches. Les souks anarchiques et les marchandises étalées en plein air sont submergés. L’eau arrivait à la cheville sur certains trottoirs. Une centaine de kilomètres. Dans la même nuit du 13 au 14 novembre, près de 10.000 foyers ont été privés temporairement d’électricité à cause des intempéries qui ont fortement perturbé la distribution d’électricité dans la Wilaya de Rabat-Salé.
Selon un communiqué de la REDAL, les zones les plus touchées ont été Témara-Skhirat, les routes de Kénitra et de Méknés, le quartier Souissi et Rabat-centre. Les pluies violentes ont également saturé un certain nombre de réseaux d’assainissement liquide notamment l’Avenue Mohammed V, le Boulevard Abdelkhalek Torres à Salé,l’Avenue Moulay El Hassan, le Carrefour Avicenne et Rabat-centre, selon la même source. La situation s’est nettement améliorée à partir de la journée du 15 novembre. Vers le sud de la ville blanche, entre Bouskoura et Nouaceur, le trafic ferroviaire a également été perturbé. Un câble de haute tension de l’ONE (Office Nationale d’Electricité) est tombé sur les installations électriques de l’ONCF (Office Nationale des Chemins de Fer). Le contact entre les deux câbles a causé la rupture immédiate du courant électrique qui a entraîné l’arrêt momentané des trains circulant sur ce tronçon. Les voyageurs à destination de l’aéroport Mohammed V qui furent bloqués à Bouskoura ont été transportés par taxis.
L’ONCF a émis suite à ces incidents un communiqué dans lequel il présente ses excuses pour les désagréments subis par ses clients et ses usagers. Certes, les effets des opérations d’assainissement effectuées par les services compétents ont diminué un peu l’impact, mais elle n’empêche pas ce climat d’incertitude et de crainte qui submergent les citoyens dans de telles situations.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *