Plus d’un million de Marocains souffrent de maladies respiratoires

Plus d’un million de Marocains souffrent de maladies respiratoires

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est un problème majeur de santé publique dans le monde. Cette maladie intimement liée au tabagisme touche plusieurs millions de personnes et constituera en 2020 la 3ème cause de mortalité par maladie dans le monde. C’est ce qui explique pourquoi l’Association franco-marocaine de pathologie thoracique (AFMAPATH) , en partenariat avec l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) organise la 1ère campagne nationale de sensibilisation, de prévention et de dépistage des maladies respiratoires chroniques obstructives. Cette campagne initiée sous le thème «Essoufflé mais pas abandonné» débutera le 24 décembre. «Le but de cette campagne est de sensibiliser le personnel de la Santé, les médias et le grand public sur la prévention  de cette maladie», affirme Mohamed El Ibrahimi, président de l’AFMAPATH. Cette campagne se déroulera sous forme de caravanes qui sillonneront tout le Royaume et la première caravane aura lieu à la préfecture de Casa-Anfa. Plusieurs activités sont prévues dont des conférences de presse, des formations de médecins généralistes, des consultations- dépistages au centre de santé El Hank. «Notre association organisera une course qui aura lieu sur la corniche de Casablanca ainsi que des conférences dans les écoles afin de sensibiliser les jeunes sur les méfaits du tabagisme», indique le président de l’association.
La BPCO touche 1,2 million de Marocains soit 3,9% de la population. Cette maladie reste sous-diagnostiquée et sous-traitée : 2 malades sur 3 atteints de la BPCO ne le savent pas. Cette maladie peut être évitée à partir du moment où son principal facteur étiologique est identifié (tabac). «L’implication du médecin généraliste est importante dans toute démarche de sensibilisation et de diagnostic», souligne M. El Ibrahimi. Toute personne âgée de plus de 40 ans et qui fume doit bénéficier d’une mesure de souffle surtout si elle rapporte la notion de toux et de crachats matinaux. «Le patient doit se faire diagnostiquer dès l’apparition des premiers symptômes c’est-à-dire en cas de toux et de crachats matinaux habituels», révèle le président de l’association.
La BPCO se caractérise par un rétrécissement permanent et progressif des bronches en raison des substances toxiques dominées par le tabac( 80 à 90% des cas).Cette maladie évolue généralement lentement et c’est d’ailleurs ce qui en fait toute sa gravité car elle échappe au diagnostic précoce et se révèle à un stade tardif.
L’essoufflement constitue déjà un signe tardif de la maladie. «Cette maladie a des conséquences graves tels que l’handicap respiratoire, les troubles de nutrition, le dé-conditionnement musculaire sans oublier les répercussions psychologiques et psycho-sociales», indique M.El Ibrahimi. Et d’ajouter «la lutte contre cette maladie passe obligatoirement par la lutte anti-tabac».
L’abstention du tabac permet de réduire les symptômes, de stabiliser l’état du patient et de limiter la mortalité par maladie. Les traitement médicamenteux et non médicamenteux (oxygène, ventilation, réhabilitation respiratoire) visent quant à eux à réduire les symptômes ainsi que les complications et améliorer la qualité de vie des patients.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *