Point d’étape sur la gestion déléguée de la propreté de Casablanca: Réalisations, ambitions et nouveautés

Point d’étape sur la gestion déléguée de la propreté de Casablanca: Réalisations, ambitions et nouveautés

Le Conseil de la ville est bien évidemment conscient que la propreté n’est ni un luxe bourgeois ni une option. La propreté est une obligation pour garantir une bonne santé publique. C’est pour toutes ces raisons que la gestion déléguée de la propreté de Casablanca a été octroyée une deuxième fois à Sita Blanca et Averda. La 2ème génération de cette gestion déléguée ayant commencé en mars 2014, les responsables ont tenu à faire le point sur leurs réalisations et ambitions.

L’expérience précédente de la gestion déléguée de la propreté a permis de capitaliser sur plusieurs points pour prendre les mesures nécessaires pour la garantie d’un niveau de prestation conforme aux attentes. Dans l’approche, le contrat signé en mars 2014 privilégie la cohérence d’action pour assurer une équité vis-à-vis des citoyens. Cette deuxième génération qui s’étalera jusqu’à 2021 a été renforcée pour introduire des mesures visant, notamment, la transparence, le contrôle, les outils de gestion fondés sur la géolocalisation et une certification qualité.
Les deux directeurs généraux François Pyrek et Firas Arakji, respectivement à la tête de Sita Blanca et Averda, ont affiché leur contentement de travailler de concert pour optimiser les services prodigués.

Ils ont annoncé lors d’une conférence de presse tenue lundi à Casablanca les innovations qu’ils comptent apporter. Ainsi, pour s’assurer d’un suivi et d’un contrôle efficaces, le contrat a dédié des moyens de supervision de dernière technologie (Geored, SIG, traçabilité, GPS) et des expertises. Aussi, une mise en place d’organes de gouvernance, tels que le comité de suivi et l’entité de contrôle et le déploiement d’une démarche qualité sera effective.
Toujours dans le sens d’amélioration des services, un numéro vert a été mis en place (080004545) pour recevoir toute demande ou réclamation. Pour renforcer ce dispositif, une application mobile est téléchargeable à partir d’aujourd’hui. Ayant comme appellation «CasaMdinti», cette application a pour finalité de faire contribuer les habitants de Casablanca à la propreté de leur ville. Ce nouveau canal permettra à chacun de remonter les anomalies constatées sur le terrain en géolocalisant le site objet de la réclamation.

Et pour parfaire le niveau de la propreté, la capitale économique programmera avec les délégataires de renforcer les actions de sensibilisation auprès des citoyens.
Lorsque l’on sait que quotidiennement  26.200 km sont parcourus par les véhicules de propreté, 20.800 conteneurs collectés, 237 circuits, 4.700 agents sur le terrain et 570 km balayés par jour, on comprend aisément l’urgence d’impliquer efficacement le citoyen, de le sensibiliser et le responsabiliser.

Pour rappel, la capitale économique du Royaume compte plus de 5 millions d’habitants et produit un peu plus de 2.400 tonnes de déchets ménagers par jour. Quant au budget annuel alloué au service de propreté, celui-ci s’élève à pas moins de 480 millions de DH. La collecte de déchets est variable et peut coûter 300 DH la tonne, selon la nature des déchets (ménagers, solides, etc.).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *