Pollution marine : Le danger reste peu probable

À la suite du naufrage du pétrolier «Prestige» au large des côtes nord-ouest espagnoles, la semaine dernière, la question du risque de pollution des côtes marocaines se pose. Dans un communiqué, la direction de la surveillance et de la prévention des risques, relevant du secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement, indique que le danger de pollution «reste peu probable».
Et de préciser que la commission nationale permanente de lutte contre la pollution marine accidentelle, qui regroupe les représentants et points focaux de tous les départements concernés notamment le secrétariat d’Etat chargé de l’Environnement, la Marine royale, la gendarmerie royale, les pêches maritimes, la protection civile, la direction des ports et le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, s’est réunie le 21 novembre au siège du secrétariat pour permettre aux membres de la commission d’échanger des informations au sujet de ce naufrage et de discuter des mesures à prendre au niveau national. Même si le danger reste peu probable, la commission, ajoute le communiqué, continuera de «suivre de très près les développements de cette affaire, vu que le bateau en question s’est brisé en deux et que 5.000 à 6.000 tonnes de fuel ont atteint les côtes galiciennes au nord du Portugal».
Il est à rappeler que le Maroc avait adopté en 1996 le décret instituant le plan d’urgence nationale (PUN). Et en raison du trafic maritime très intense tout au long des 3500 km de littoral et dans le détroit de Gibraltar, les côtes marocaines se trouvent menacées en permanence de pollution massive. Ceci a été d’ailleurs démontré suite à l’accident du pétrolier «Khark 5» en 1989 au large des côtes atlantiques et à ceux du «Sea spirit» en 1990 et du « Castor » en 1999 au large des côtes méditerranéennes, relève le communiqué.
Le secrétariat d’Etat à l’Environnement, coordonnateur du PUN, avait organisé, en juin 2002, en étroite collaboration avec les départements concernés, un exercice de simulation d’une pollution marine accidentelle au large des côtes de Mohammédia afin de tester les capacités nationales en matière de coordination des actions et d’organisation d’intervention urgente en mer et sur les côtes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *