Polyarthrite : À quand une couverture médicale adéquate ?

Polyarthrite : À quand une couverture médicale adéquate ?

L’Association marocaine de lutte contre la polyarthrite rhumatoïde (AMP) poursuit son combat pour une prise à 100% de cette pathologie qui touche entre 150.000 et 350.000 Marocains. Bien que figurant parmi les 41 affections (ALD), cette maladie n’est prise en charge qu’à hauteur de 70% par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), les 30% restants étant toujours à la charge du patient.Une situation jugée inacceptable par l’AMP. «En tant que maladie chronique, nous exigeons une prise en charge totale de cette pathologie. Il est inadmissible de continuer à imposer aux malades un ticket modérateur de 30% qui représente 10 fois le Smig au Maroc ainsi qu’une avance des frais», affirme Laïla Najdi, présidente de l’AMP. La situation pourrait s’améliorer dès la semaine prochaine. «Nous attendons lundi une réponse de la CNSS afin que cette maladie soit prise en charge à hauteur de 90%. Mais rien n’est encore officiel. Il faut noter que les médicaments sont remboursés à 98% par la CNOPS et 100% par la CMIM (Caisse mutualiste interprofessionnelle marocaine», poursuit Mme Najdi. Mais du côté du gouvernement, c’est la politique de la sourde oreille. «Nous avons adressé une lettre à la ministre de la Santé et au ministre de l’Emploi pour une rencontre mais jusqu’à présent nous n’avons toujours pas reçu de réponses», souligne la présidente de l’AMP. Le 6 mai dernier, l’AMP avait rencontré à la Chambre des représentants Saâdia Saâdi, présidente de la commission des secteurs sociaux afin d’exposer les souffrances des malades et de soumettre leurs préoccupations. Cette entrevue s’inscrit dans une nouvelle phase initiée par l’AMP visant à organiser une série de rencontres avec les représentants de la première et de la deuxième Chambre du Parlement. L’objectif étant de lever les principaux obstacles qui empêchent les malades de bénéficier d’une couverture médicale adéquate. L’AMP et Hakim Benchamach le président du groupe du PAM ont convenu que des questions orales seront posées au sein du Parlement sur les critères prises en charge par la CNSS pour l’exonération de certaines affections chroniques. Le traitement de la polyarthrite qui est une maladie inflammatoire et immunitaire caractérisée par une atteinte articulaire souvent bilatérale et symétrique coûte très cher. Le coût du traitement varie entre 70.000 DH et 120.000 DH par an sans compter les frais des analyses radio, consultations et hospitalisations. «Ne pouvant plus faire face à la maladie faute de moyens, certains patients ont atteint un niveau de dépression alarmant et sont prêts à se suicider», souligne Mme Najdi. Outre le coût exorbitant du traitement, il faut aussi relever l’absence de médicaments dans les hôpitaux publics et la non généralisation du Ramed. En l’absence de traitement de fond,cette maladie évolue par poussées vers la déformation et la destruction des articulations atteintes et par la suite à un handicap. Cette maladie qui touche 75% des femmes diminue l’espérance de vie de 5 à 10 ans, détruit la vie conjugale des malades (10% de cas de divorce) et impose un arrêt de travail chez 50% des malades.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *