Population carcérale à Casablanca : Une étude sur les troubles de la personnalité

Population carcérale à Casablanca : Une étude sur les troubles de la personnalité

Une première. Une étude scientifique sur les troubles de la personnalité et du comportement chez la population carcérale dans la région de Casablanca sera réalisée prochainement.

Celle-ci est destinée à définir la méthodologie et les moyens pédagogiques pour la mise en œuvre de l’accompagnement psychologique et social des détenus. Une convention a ainsi été signée entre la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), l’Organisation internationale de la réforme pénale (PRI) et la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca. Selon un communiqué de la DGAPR, cette convention, paraphée vendredi à Rabat par le délégué général à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, l’adjoint du directeur de la région Mena à la PRI, Haytham Chebli et le doyen de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, Mustapha Abou Maârouf, vise à mettre en place un plan opérationnel pour la réalisation de l’étude.

Cette convention vise également à développer un programme pour définir la méthodologie et les moyens pédagogiques à adopter pour la mise en œuvre de l’accompagnement psychologique et social des détenus, affirme le communiqué. La signature de cette convention s’inscrit dans le cadre de l’ouverture de la DGAPR sur le monde scientifique et académique, à travers un partenariat privilégié avec la PRI en matière de la réforme de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *