Pour la création d’un Fonds de solidarité

Pour la création d’un Fonds de solidarité

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma a appelé, lundi à Fès, à la création d’un Fonds de solidarité, dédié à la lutte contre le cancer dans la région de la Méditerranée orientale. Présidant l’ouverture des travaux de la 56-ème session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la Méditerranée orientale, qui se tient du 5 au 8 octobre, SAR la Princesse Lalla Salma a indiqué que ce fond sera destiné à financer des programmes nationaux de prévention et de dépistage précoce du cancer. Il permettra également de renforcer les capacités de chaque pays en matière de planification, de mise en œuvre et d’évaluation des programmes y afférents. SAR la Princesse Lalla Salma n’a pas manqué de relever que la lutte contre le cancer ne tient pas encore la place centrale qui lui échoit, dans les politiques publiques sanitaires des pays de la Méditerranée orientale et même au niveau international. « Il appartient à la communauté internationale de faire de la lutte contre le cancer l’une des priorités nationales et internationales », a affirmé Son Altesse Royale. Pour aborder de manière efficace les différentes questions ayant trait à la santé, SAR la Princesse Lalla Salma a souligné qu’il est primordial de suivre une nouvelle approche et d’adopter un plan d’action audacieux et efficient. Ce dernier s’articule autour de quatre axes majeurs, à savoir la mise en place de différents types de partenariat entre les pays de la région et entre leurs structures associatives respectives. Le deuxième axe consiste à mettre l’accent sur le soutien à apporter à la recherche scientifique, tout en accordant la priorité aux programmes visant à renforcer les systèmes de détection précoce et d’anticipation des épidémies. Le troisième axe porte sur la nécessité d’adopter l’approche de planification stratégique nationale.
Le quatrième axe, a expliqué Son Altesse Royale, consiste à accorder une attention soutenue à certains types de maladies et d’affections qui, au même titre que les personnes qui en sont atteintes, ne bénéficient pas du même intérêt que celui réservé à certaines maladies répandues au niveau régional.Si certaines maladies comme le sida et les addictions de tous genres gagnent en ampleur et en gravité, a relevé Son Altesse Royale, c’est bien parce que certains complexes culturels hérités les font apparaître comme des «tabous» ou des interdits, que l’on doit occulter, et qu’il est honteux d’aborder. SAR la Princesse Lalla Salma n’a pas manqué de souligner que pour transcender ces mentalités anachroniques et s’en affranchir, il faut affronter ces pathologies en toute franchise et les aborder avec audace et rationalité. SAR la Princesse Lalla Salma a souligné que la région du Moyen-Orient souffre, bien plus que d’autres, – parfois en silence et à cause des faibles moyens disponibles- de la propagation du cancer, rappelant que cette pathologie est devenue l’une des principales causes de mortalité dans le monde, faisant ainsi plus de sept millions de victimes annuellement, soit plus que les décès occasionnés par le sida, la tuberculose et le paludisme réunis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *