Pour la libération des enfants de Tindouf

L’association "Touche pas à mon enfant" lance, à travers un communiqué, un appel en faveur des enfants marocains séquestrés dans les camps de Tindouf, en Algérie.
Cet appel demande aux ONG nationales et internationale d’intervenir pour mettre un terme au calvaire des enfants séquestrés. L’association oeuvrant dans le domaine de la lutte contre la pédophilie et contre la maltraitance des enfants a choisi le 27 février pour dénoncer les graves violations des droits de l’Homme commises par les mercenaires du Polisario. «Nous avons volontairement opté pour le 27 février pour lancer cet appel pour sensibiliser la société civile à propos de ce drame humanitaire. Comme vous savez, ce jour, le Polisario organise des festivités pour célébrer la création de la prétendue RASD», déclare Najat El Boukari Anwar, présidente de l’association "Touche pas à mon enfant". Et d’ajouter: «Ceci est un appel à toutes les bonnes consciences et à toutes les personnes qui militent, d’une manière ou d’une autre, en faveur de l’enfance pour qu’elles  se mobilisent contre le sort réservé aux enfants séquestrés à Tindouf».
Pour Mme Anwar, la société civile nationale a un rôle important à jouer en vue de la libération de ces enfants qui vivent un véritable drame humanitaire.
Dans les camps de la honte, les enfants de nos provinces du Sud sont séparés dès leur bas âge de leurs familles. Pour cause d’une mauvaise nutrition, les enfants sont malades et plusieurs meurent dans les premiers mois suivant leur naissance. Nombre d’entre eux ont été déportés à Cuba où ils sont sujets à différentes formes d’exploitation : prostitution, trafic de drogue, exploitation dans les plantations des fruits, légumes et de la canne à sucre ainsi que dans les usines de fabrication des cigares. S’ajoutent à cela l’endoctrinement et l’entraînement militaire auxquels ils sont soumis.
C’est au regard de cette violation flagrante des droits de milliers d’enfants marocains que l’ONG "Touche pas à mon enfant" appelle toutes les associations à intervenir d’urgence pour les secourir et les libérer. «Il est temps de mettre un terme à ces graves dépassements des mercenaires du Polisario dont sont victimes d’innocents enfants. Il est temps que la société civile se mobilise pour dénoncer ces outrages et exiger de la communauté internationale de remplir ses devoirs envers ces enfants en les faisant libérer et rapatrier", renchérit Mme Anwar,  avant de souligner que "les ONG étrangères, européennes en particulier, peuvent beaucoup aider pour mettre fin à cette horreur, qui n’a fait que trop durer, ne serait-ce qu’en informant l’opinion publique internationale des malheurs subis par les enfants séquestrés dans les camps de Lahmada».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *