Pour le bien des anciens résistants

Le conseil national provisoire et le Haut commissariat aux anciens résistants et membres de l’armée de libération, sont parvenus à un consensus à propos d’un plan d’action provisoire en faveur des anciens résistants, selon M. Mostapha Ktiri, haut commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération.
Il s’agit en premier lieu de recenser les personnes ayant la qualité de résistant, en vue de régler la question des protestations au sujet de l’attribution de cartes de résistants à des personnes qui ne peuvent justifier cette qualité et qui a été au centre de nombreuses protestations auprès du commissariat comme du Haut conseil de la résistance.
Dans un second temps, le plan d’action prévoit la révision de la structure du conseil national provisoire aux anciens résistants en vue de compléter la structuration de cette instance. Le plan prévoit également l’amélioration des conditions matérielles et sociales des membres de la famille de la résistance, dans les deux volets des indemnités matérielles versées aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération et des avantages en nature qui leur sont accordés à cette catégorie.
En vertu du plan d’action détaillé par M. Ktiri, les anciens résistants bénéficieront d’un nouveau système de couverture médicale, point qui a été au centre de leurs revendications.
Toujours dans le même cadre d’amélioration des conditions matérielles et sociales des membres de la résistance, des initiatives seront prises en vue d’encourager leurs enfants à créer des petites et moyennes entreprises. Mostafa Ktiri a d’autre part fait état d’initiatives visant la préservation de la mémoire nationale et du legs de la résistance et de l’armée de libération, ainsi que de la réforme des services centraux et des délégations provinciales et régionales du Haut commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération.
Des visites de terrain entreprises ces derniers temps par des responsables du Haut commissariat ont permis de rencontrer les membres de la famille de la résistance et de l’armée de libération, dans les wilayas, préfectures et différentes régions du royaume. Elles ont également été l’occasion défricher le terrain des réformes à apporter en vue d’améliorer les conditions de vie de cette catégorie.
Parallèlement, des contacts sont en cours avec les responsables français en vue de trouver une solution à la problématique des résistants marocains ayant participé aux côtés de la France à la guerre, et ce dans le cadre de la convention conclue entre la délégation du haut commissariat aux anciens résistants et le secrétariat d’Etat des anciens résistants en France.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *