Pour le maintien de la paix

Intervenant, lundi dernier, devant le Comité spécial des opérations de maintien de la paix (OMP), qui ouvrait sa session de fond à New York, le représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, Mohamed Bennouna, a souligné que compte tenu de la dimension humanitaire des conflits, le rôle central joué par les agences humanitaires de l’ONU dont le HCR et le CICR, fait de ces organismes des partenaires privilégiés qui veillent tout particulièrement sur le respect des normes des droits humanitaires par toutes les parties en présence.
« La mise en oeuvre du droit international s’impose en elle-même quel que soit l’état d’avancement du processus de règlement politique », a-t-il expliqué. M. Bennouna a axé son intervention sur trois aspects essentiels des OMP à savoir: le renforcement des structures du département du maintien de la paix, le fonctionnement des opérations de maintien de la paix et la coopération des Etats.
S’agissant des structures du secrétariat, il a souligné que le succès de la mutation souhaitée dans le rôle du département des OMP passait nécessairement par l’augmentation des moyens matériels et humains mis à sa disposition. Il a émis l’espoir que le département veillera dans le cadre de nouveaux recrutements à assurer une représentation adéquate des pays fournisseurs de contingents. Concernant le fonctionnement des OMP, il a déclaré que l’efficacité d’une mission dépend certes des moyens qu’elle mobilise mais aussi du choix des acteurs, de leur assimilation des réalités historiques et socioculturelles et enfin de l’environnement où ils évoluent.
L’ambassadeur a observé que la performance du personnel des N.U. au cours des opérations de maintien de la paix demeure intimement liée à l’adaptation de sa formation, mais avant tout à la garantie de sa sécurité physique. Et de noter que le dialogue qui existe désormais entre le Conseil de sécurité et les Etats fournisseurs des contingents était un acquis qu’il fallait préserver et développer et s’est félicité des initiatives de l’ONU et de certains Etats tendant à renforcer les capacités de l’Afrique en matière de maintien de la paix.
« Cela permet une meilleure interaction et une compréhension mutuelle nécessaire entre les deux interlocuteurs dans l’intérêt d’une bonne gestion et d’une meilleure efficacité des opérations de maintien de la paix », a-t-il dit, précisant que cette collaboration avec le Conseil de sécurité passe d’abord par le « respect de l’obligation de négocier, qu’elle soit consignée dans un accord international ou dans une résolution du conseil de sécurité ». Quant aux autres Etats, leurs efforts pour favoriser la négociation et prévenir l’aggravation du différend ou la rupture de la paix peuvent contribuer grandement à la réussite de la mission de l’ONU dans telle ou telle région, a suggéré M. Bennouna.
Le Maroc qui n’a jamais hésité à se joindre aux Nations-Unies pour la mise en place d’une OMP, notamment, en Afrique, est « toujours disposé à apporter sa contribution à la stabilité et à la paix dans notre continent », a-t-il assuré, précisant que le royaume apporterait le moment venu son appui total à la mise en place du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *