Pour l’insertion des diplômés chômeurs

Mille douze (1012) lauréats du 3-ème cycle enregistrés dans la banque de données du secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle jusqu’au 28 février 2001 ont été intégrés dans les secteurs ministériels et certains établissements publics, a indiqué le ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la solidarité, Mustapha Mansouri. Répondant, mercredi, à une question orale à la Chambre des représentants, M. Mansouri a précisé que « la primature poursuit l’opération d’insertion des autres lauréats du 3ème cycle, qui sont au nombre de 250 », soulignant que le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle « a été chargé d’inscrire les lauréats enregistrés après le 28 février 2001 dans la banque des données dont il dispose mais il n’est pas responsable de la gestion de l’opération d’intégration de ces candidats ». S’agissant du programme de la formation professionnelle, en cours de réalisation dans le cadre d’un accord de partenariat entre le ministère de l’emploi et le département de l’Enseignement supérieur et de la formation des cadres, M. Mansouri a fait savoir que les titulaires d’un diplôme de licence ont bénéficié de ce programme dans le cadre de deux opérations dont la première concerne 1591 licenciés, répartis sur 15 établissements de l’enseignement supérieur auxquels on a confié la réalisation de la formation. Il a rappelé à cet effet que « les résultats de cette opération étaient encourageants d’autant que le taux global d’insertion a atteint environ 55 % et s’est élevé à 100 % dans certaines spécialités». Concernant la seconde opération, toujours en cours de réalisation, le ministre a indiqué qu’elle concerne 792 licenciés en vue d’assurer leur qualification, notamment dans les domaines des nouvelles technologies de l’information et de la communication, du commerce, de gestion, d’administration, du génie électrique et mécanique, du textile, de l’industrie de transformation et de l’hôtellerie. Le ministre a enfin rappelé les autres programmes élaborés par l’Etat pour encourager l’emploi des titulaires de diplômes, citant plus particulièrement les programmes de la formation-insertion et les programmes d’auto-emploi, dont la gestion est confiée à l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *