Pour qui voteront les non-syndiqués ?

Pour qui voteront les non-syndiqués ?

Comme prévu, l’opération de dépôt des listes des candidatures pour le renouvellement d’un tiers des membres de la Chambre des conseillers a touché, hier à sa fin. Les élections, qui auront lieu le 6 octobre, concernent les membres des commissions paritaires, élus au niveau des secteurs public et semi-public, et des délégués du personnel issus du secteur privé. Ces échéances se limitent à ceux que l’on qualifie de grands électeurs, étant donné qu’ils sont tous, par la force de la loi, issus des élections professionnelles, qui se sont déroulées récemment, et dont les résultats ne sont pas encore totalement connus, en raison de la dispersion des secteurs concernés et de la complexité de ces opérations. Dans ses communiqués, l’UMT fait état de son succès éclatant dans le secteur des banques, en remportant plus de 78% des sièges, soit 213 sièges sur les 272 attribués aux 11 banques privées, signataires de la convention collective. Dans le même ordre, elle parle d’une victoire éclatante dans le secteur pétrolier et de gaz, en raflant tous les sièges dans Schell du Maroc, Total Maroc, Mobil Oil, Petrom, CMH, SOMAS, CEC, Petrocab, Maghreb Gaz, Tadla Gaz, Ismailia Gaz, SODIPIT, Ahl Napht et Raffineries Sidi Kacem. Dans le secteur portuaire, l’Union syndicale des travailleurs des ports au Maroc (USTPM), se déclare « la seule et grande force syndicale dans les ports), et annonce avoir remporté « les 336 sièges dans 47 sociétés, notamment au niveau des dockers, personnel et cadres des compagnies des agents maritimes et consignataires de navires et Stevedores ( 152 délégués), Comanav personnel sédentaire (22 délégués), Officiers de toutes les sociétés de navigation ( 18 délégués), Marins de toutes les sociétés de navigation ( 44), Officiers et Marins des sociétés de remorquage ( 20), Chantiers et ateliers du Maroc ( 10), stations de pilotage ( 4), silos de stockage de blé au port ( 18) OCE ( 14), ODEP ( 24) , et contrôle des exportations portuaires ( 14 délégués). Les résultats dans les régies de distribution d’Eau et d’Electricité à l’échelon national ne dérogent pas à cette règle. L’UMT a, en effet, connu un net succès au niveau de Casablanca, Fès, Marrakech, Oujda, Rabat, Meknès, El Jadida, Settat, Tanger, Larache, Taza, Tétouan, Kénitra, Agadir et Nador. A l’Office de la Formation professionnelle, la Fédération appartenant à la centrale de Mahjoub Benseddik a eu l’ensemble des 284 sièges à pourvoir dans les catégories de Cadres supérieurs, Cadres principaux, Cadres Maîtrise principale, Maîtrise, Exécution principale et exécution. De son côté, la Fédération démocratique du travail ( FDT) fait état de son succès au niveau du secteur public, notamment dans l’Enseignement, l’Equipement, les Postes, la Jeunesse et les sports, en plus de certaines stations routières et le Sucre. La Confédération démocratique du travail ( CDT) a enregistré, pour sa part, des victoires électorales dans plusieurs domaines, dont les Communes, l’ONCF, les Finances et au niveau des entreprises privées, comme c’est le cas pour l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). Dans le secteur de la Santé publique, la Confédération démocratique du travail (CDT), a eu 41% des sièges, soit 228 sièges, suivies de la FDT (162), l’UMT (76), l’UGTM (52), l’UNTM (21) et les non-syndiqués qui ont eu 18 sièges. Ces derniers constituent un élément de pondération et d’équilibre qui sera sans doute détermnant. Car, au vu de la complexité de la procédure électorale, ils seront obligés d’adhérer à d’autres syndicats.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *