Pour un mouton, il braque une banque

Lotissement Espérance 2, la route côtière, point kilométrique 9, quartier Aïn Sebaâ, Casablanca. Là, une des agences de la Banque marocaine de commerce extérieur (BMCE) occupe un rez-de-chaussée et un premier étage d’une résidence. Lundi 11 février. 7h 53mn. Le directeur de l’agence et quelques employés arrivent. Frappés de stupeur, ils échangent les regards. “Que s’est-il passé ?” s’interroge le directeur. Personne n’a la réponse. Il ouvre la porte, téléphone à ses responsables et à la police judiciaire de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ. Les éléments de la deuxième brigade criminelle se dépêchent sur le lieu, entament le constat d’usage: “une vitre percée par un objet, le trou est d’une dimension de douze sur dix centimètres, un tiroir ouvert par effraction, une barre de fer et un tee-shirt déposés sur un bureau“.
Le chef de la brigade a noté trois remarques sur son calepin : les vitres ne sont pas blindées, l’auteur de cette intrusion nocturne est sûrement maigre et de petite taille et aucun sou ni document ni autre objet n’ont disparu.
Le chef de la police judiciaire s’est déplacé en personne sur le lieu. Il apprend que la société de télé-surveillance qui se charge de la sécurité de l’agence a enregistré vers 5h 28mn le déclenchement du signal d’alarme. Le chef de la brigade lui confie :“ le système de sécurité n’est pas fiable parce que le signal d’alarme n’a été déclenché qu’après l’intrusion d’une personne dans la banque”. L’inspecteur qui était près de lui ajoute :“ mais à quoi sert ce système s’il ne se déclenche pas au premier coup et à quoi sert aussi, cette société de télé-surveillance si elle n’alerte pas la police”. Le chef de la brigade lui fait la remarque qu’elle n’a même pas avisé les responsables de la banque. “C’est-à-dire qu’elle se contente d’empocher de l’argent, pas plus”, lui répond l’inspecteur.
Les enquêteurs continuent les investigations sur le lieu. “Attends”, lance le chef de la brigade comme s’il a découvert un trésor. Il se rend compte d’un calepin se trouvant par terre, le prend, l’ouvre. Il renferme des adresses et des numéros de téléphone, ainsi que la carte visite d’un électricien. Les enquêteurs s’adressent à ce dernier, lui demandent de leur écrire des noms sur un bout de papier. Il y a une ressemblance avec l’écriture consignée dans le calepin ! Le chef de la brigade le scrute. Perturbé, l’électricien s’interroge : “Qu’est-ce que j’ai fait ?”. “Ce calepin est à toi ?”, lui demande le chef. L’électricien répond négativement, feuillette le calepin et reprend : “ il est à mon ami, le maçon R. Mohamed… C’est moi qui lui écrivais les adresses et les numéros de téléphone parce qu’il est analphabète”. Quelques minutes plus tard, Mohamed arrive. Les enquêteurs l’arrêtent, le conduisent au commissariat. Il avoue avec une grande simplicité qu’il est l’auteur de cette tentative de cambriolage.
“Je suis né en 1967 à Ben Guerir, marié, sans enfants, je veille aussi sur mes parents et mes frères…” déclare-t-il aux enquêteurs.
Il ne reste que quelques jours pour l’Aïd Al Adha. R.Mohamed ne dispose pas d’assez d’argent pour acheter le mouton du sacrifice à sa famille. Il passe chaque jour près de l’agence bancaire en se rendant au du chantier et décide de la cambrioler. Lundi, vers 3h30mn, il défonce la vitre donnant sur la rue, entre, saute sur un comptoir, passe derrière un bureau, brise un tiroir par une barre de fer. Il ne trouve que des documents. Il ignore si l’argent se met au coffre ou pas, il ignore même s’il y a un coffre ou pas à la banque.
Drôle de personne, quelle naïveté ? Il ne pensait qu’à l’argent. Il a passé plus d’une heure au rez-de-chaussée, est monté au premier étage, et a commencé à fouiller dans un bureau et le signal d’alarme s’est déclenché. Il était 5h 28mn. Il sort par où il est entré sans attirer l’intention de personne. Il est mis, avant-hier, entre les mains du procureur général auprès de la Cour d’Appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *