Pour une meilleure créativité dans l’enseignement

« Pour une mise en oeuvre créative des compétences de l’enseignement » est le thème d’une rencontre ouverte lundi à Kénitra, à l’initiative de l’Association marocaine des inspecteurs de l’enseignement secondaire (AMIES). Dans une plate-forme présentée lors de cette rencontre, M. Mohamed Amine Nizari, secrétaire général de l’Association, a souligné l’importance de la tenue d’un large débat sur le concept des compétences axé sur une approche visant l’adaptation de l’individu à son environnement social, économique et politique. Pour garantir à l’apprenant l’acquisition, le développement et l’amélioration de ses compétences, il est convenable d’avoir une approche globale qui ne fait fi d’aucun constituant et tient compte d’une progression pédagogique tant dans leur programmation que dans les stratégies d’acquisition, estime M. Nizari. Selon M. Nizari, la valorisation des compétences est une option stratégique pour mettre en oeuvre les orientations pédagogiques générales et réviser les programmes d’éducation et de formation appliqués dans l’enseignement primaire, collégial et qualifiant. Pour l’intervenant, le discours sur les compétences requiert fondamentalement de la part de ces opérateurs de s’investir pleinement dans toutes les opérations de pilotage et d’accompagnement. Pour sa part, le directeur de l’Académie régionale de l’Education et de la Formation, M. Mahfoud Bouallam, a appelé l’ensemble du corps d’enseignement, les associations professionnelles et la société civile à s’impliquer davantage dans le processus de réforme du système éducatif. Il a également plaidé pour le soutien de la restructuration administrative visant à consolider la déconcentration, la décentralisation et la régionalisation, affirmant que la maturité de l’expérience du corps d’inspecteurs est à même d’avoir un impact positif sur l’action pédagogique et celle des établissements scolaires. Dans ce sens, M. Bouallam s’est félicité de voir le Maroc parmi les pays leaders en matière de suivi pédagogique, affirmant que les 500 inspecteurs d’enseignement que compte le Royaume doivent contribuer à la mise en oeuvre de la réforme de l’éducation. Cette rencontre de deux jours ambitionne de cerner la relation entre les compétences et les orientations de la réforme préconisée par la Charte nationale de l’Education et de la Formation, ainsi que de définir le rôle des compétences dans le soutien de la réforme du système d’enseignement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *