Pour une protection effective des droits de l’enfant

Pour une protection effective des droits de l’enfant

En application de la charte du Parlement de l’enfant et pour en préparer la huitième édition nationale, l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE) a organisé du 29 au 31 janvier, à l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de l’Oriental (AREFO), la seconde session du Parlement de l’enfant au titre de sa huitième année d’activité. Une session organisée sous le thème «Une nouvelle approche des programmes et des services dans la perspective d’une meilleure protection de l’enfant». La protection étant la pierre angulaire de l’ensemble des actions entreprises pour assurer une protection effective des droits de l’enfant et aussi une démarche pour corroborer les résultats de la treizième session du Conseil national des droits de l’enfant en adéquation avec les aspirations du Millénaire pour le développement.  De fait, les quarante-huit enfants parlementaires représentant les AREF de l’Oriental et de Taza-Al Hoceima-Taounate ont animé quatre ateliers: un premier réservé à la protection de l’enfant sur le plan sectoriel, le second se rapportant à la réalisation d’une cartographie sur la violence en milieu scolaire, un troisième pour exposer les différentes contributions et propositions pour l’amélioration de la santé mentale et psychique de l’enfant et un quatrième pour l’élaboration des recommandations que doivent présenter les parlementaires des deux académies participantes à la session nationale qui aura lieu à Rabat. Les recommandations formulées se sont essentiellement focalisées sur l’optimisation des actions protectrices de l’enfance. C’est le cas des protections se rapportant à la santé, à la formation et l’éducation, la protection des enfants en situation difficile et la protection par la participation. Les participants ont par ailleurs formulé des additifs à la question cruciale de la violence en milieu scolaire et de la santé psychique et mentale de l’enfant. Il est à noter que les propositions formulées par les enfants parlementaires, réunis à Oujda, seront complétées par celles formulées par les enfants parlementaires de l’ensemble des AREF nationales. Ainsi les 365 enfants parlementaires sur le plan national seront appelés à réaliser une étude de terrain au niveau de leurs circonscriptions respectives  pour vérifier l’application de la charte des Nations Unies sur les droits de l’enfant. Un travail de terrain marqué par la contribution d’une quarantaine d’enfants non-voyants ou émanant de l’éducation informelle. Ils seront joints, à partir de la prochaine session, par d’autres enfants aux besoins spécifiques et enfants poursuivant leur formation dans les centres de formation professionnelle. «Le Parlement de l’enfant marocain est devenu un modèle à dupliquer, notamment pour l’ensemble des pays arabes suite à la décision prise par les ministres de l’éducation lors de leur dernière réunion à la Ligue arabe pour généraliser l’expérience marocaine en ce domaine», a déclaré à ALM Saïd Raji, directeur exécutif de l’ONDE. Et d’ajouter: «C’est le cas aussi pour les ministres de l’éducation de l’Organisation de la conférence islamique qui ont aussi décidé la création d’un Parlement pour l’enfant musulman en s’inspirant du Parlement de l’enfant marocain».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *