Pourquoi les Marocains ne respectent pas le code de la route

Pourquoi les Marocains ne respectent  pas le code de la route

Les Marocains sont nombreux à conduire sans ceinture de sécurité. Ils ne sont que 56,6% à la porter en milieu urbain contre 66,8% en mars 2016. En rase campagne, les automobilistes sont plus vigilants où le taux de port de la ceinture atteint les 66%.

Au Maroc comme dans tous les pays du monde, les accidents de la route ont essentiellement comme origine des comportements inadaptés des usagers de la route.  L’être humain reste le principal facteur des accidents de la route au Maroc.  Il serait responsable de plus de 80% des drames routiers. Non-respect du panneau Stop, passage au feu rouge, oubli de la ceinture de sécurité, excès de vitesse, conduite en état d’ivresse… en sont les principales causes. Le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) mène des études périodiques pour mesurer des indicateurs comportementaux permettant de restituer une image fidèle de ce qui se passe réellement sur la voie publique. La dernière étude réalisée en mars 2017 montre que les Marocains ne respectent pas le code de la route. Celle-ci avait révélé que seulement 48,1% des usages de la route respectent le panneau Stop. Toutefois, par comparaison aux deux enquêtes précédentes, à savoir celles de mars et de septembre 2016, on note une évolution concernant cet indicateur.

En effet, le taux de respect du panneau Stop s’était établi à 31,5% en mars 2016 et 36% en septembre 2016. En revanche, les Marocains sont nombreux à conduire sans ceinture de sécurité. Ils ne sont que 56,6% à la porter en milieu urbain contre 66,8% en mars 2016. En rase campagne, les automobilistes sont plus vigilants où le taux de port de la ceinture de sécurité atteint les 66%. Et pourtant, l’efficacité de la ceinture a été prouvée par plusieurs enquêtes. Des études ont évalué à environ 50% l’efficacité de la ceinture, ce qui veut dire que, pour 100 occupants de voitures n’ayant pas bouclé leur ceinture et ayant été grièvement blessés ou tués, environ 50% d’entre eux auraient été évités ou épargnés s’ils avaient porté la ceinture au moment de l’accident. Sans ceintures, les blessures peuvent être mortelles, même à 20 km/h.  Autre constat : 81,7% des Marocains respectent le feu tricolore alors qu’ils étaient 83,5% en septembre 2016.

Par ailleurs, le CNPAC relève dans son étude que seulement 35,7% des automobilistes respectent la priorité de droite. Notons à ce sujet qu’ils n’étaient que 26,4% en mars 2016 et 33,3% en septembre 2016. Pour ce qui est de la priorité au carrefour giratoire, le CNPAC signale que 73,5% des conducteurs le respectent. Sur la route, les conducteurs de motos sont les plus exposés aux accidents. Et pourtant, bon nombre d’entre eux ne portent pas le casque de sécurité. D’après l’étude du CNPAC, seulement 61,9%  le font. Un taux en légère augmentation par rapport à septembre 2016 où ils étaient 59,5% à le porter.  Rappelons que dans son enquête de septembre 2016, le CNPAC avait révélé que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à porter le casque avec un taux estimé à 71,1% contre 64,9% pour les hommes. Le taux de port de casque le moins élevé est observé chez les jeunes de 16 à 25 ans (59,6%). Il est de 65,2% chez les 25-40 ans contre 68,4% pour les personnes âgées de 40 à 60 ans et de 71,4% pour les 60 ans et plus. Par ailleurs, l’étude signale que le taux de port de casque des conducteurs des « triporteurs» (60,8%) est inférieur à celui des conducteurs des «grands cylindres» (64,3%), qui est à son tour inférieur à celui affiché par les conducteurs des «petits cycles» (70,4%)..

Le GSM au volant multiplie par 5 le risque d’accidents

La dernière étude du CNPAC sur l’utilisation du GSM au volant remonte à 2015. Les résultats de cette enquête avaient révélé que 3,6% des infractions commises se rapportent à l’utilisation du GSM au moment de la conduite.

Sur l’ensemble des véhicules observés, les voitures de tourisme ont le taux d’infraction le plus élevé, à savoir 4.9%. L’utilisation du téléphone au volant multiplie par 5 le risque d’accidents.

Téléphoner en conduisant est très dangereux comme l’attestent les différentes études menées à ce sujet. Le temps de réaction et, par conséquent, la distance d’arrêt en cas d’événement imprévu, augmente de 30% à 70% selon les circonstances.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *