novembre 12, 2018

 

Préscolaire : D’importantes disparités persistent entre le milieu rural et le milieu urbain

Préscolaire : D’importantes disparités persistent entre le milieu rural et le milieu urbain

L’Unicef dresse la situation des enfants au Maroc

Des avancées de taille ont été enregistrées dans la vaccination des enfants. Le taux de vaccination du BCG atteint 98,5% en 2011. Il est de 95,2% pour le DTC (vaccin contre la diphtérie), et 89,3% pour la rougeole. On note également une amélioration au niveau de la mortalité infantile.

L’Unicef vient de publier plusieurs données chiffrées sur la situation des enfants au Maroc à l’occasion de la journée mondiale de l’enfance célébrée lundi 20 novembre.  Le document de l’Unicef montre que des progrès importants ont été réalisés dans les domaines de l’éducation, de la santé (vaccination), de l’eau et l’assainissement et la lutte contre l’extrême pauvreté. Le Maroc a consenti d’importants efforts pour généraliser l’accès au primaire. Le taux de scolarisation au niveau du primaire a atteint 99,1% au niveau national en 2016-2017.  Il en va de même pour le collégial dont le taux de scolarisation est de 87,6% contre 68,1% en 2005-2006.  Cela dit, des obstacles de taille persistent au niveau du préscolaire. Seulement 49,5% des enfants âgés de 4 à 5 ans ont accès au préscolaire au niveau national (53,9% des garçons contre 45% des filles).

D’importantes disparités persistent entre le milieu rural et le milieu urbain.  Le taux de scolarisation des enfants dans le préscolaire est de 60,2% en milieu urbain contre 35,7% dans le rural (26,4% des filles et 44,6% des garçons).  Il faut aussi relever que le taux de scolarisation des jeunes de 15 à 17 ans dans le secondaire qualifiant n’est que de 66,6% au niveau national (86,3% en milieu urbain contre 40,6% en milieu rural). En matière de santé, des avancées de taille ont été enregistrées dans la vaccination des enfants. Le taux de vaccination du BCG (vaccin contre la tuberculose) atteint 98,5% en 2011. Il est de 95,2% pour le DTC (vaccin contre la diphtérie), et 89,3% pour la rougeole. On note également une amélioration au niveau de la mortalité infantile.

Cet indicateur a constamment baissé au cours de la dernière décennie.  Le quotient de mortalité néonatale (probabilité de mourir avant d’atteindre l’âge d’un mois) est passé de 27% en 2003 à 21,7% en 2011, celui de mortalité infantile (probabilité de mourir avant d’atteindre le premier anniversaire) a pour sa part chuté de 40 à 28,8% au cours de la même période. Alors que le quotient de mortalité infanto-juvénile (probabilité de mourir avant d’atteindre le cinquième anniversaire) s’est déprécié de 47 à 30,5%. Il faut aussi signaler des efforts concernant les accouchements assistés. Mais les écarts se creusent entre le milieu urbain et rural (92,1% contre 55%).

Il en va de même pour les accouchements dans un établissement de santé (90,7% contre 54,6%). En revanche, le taux de prévalence des soins post-natals qualifiés reste faible aussi bien en ville que dans le monde rural avec respectivement 30,5 et 13,2%. Par ailleurs, l’emploi des jeunes constitue un véritable problème. S’appuyant sur les statistiques du Haut-Commissariat au Plan (HCP), l’Unicef signale que 27,5% des jeunes âgés de 15-24 ans ne travaillent pas, ne sont pas à l’école et ne suivent aucune formation, ce qui représente une population de 1 .685.000 jeunes.

Par ailleurs, une évolution favorable du taux de pauvreté monétaire et de vulnérabilité à la pauvreté monétaire a été observée aux milieux urbain et rural. Celui-ci est passé de 15,3% en 2001 à 8,9% en 2007 puis à 4,8% en 2014. Des statistiques confortées par les derniers chiffres du HCP. Dans une note publiée à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant 2017, le HCP avait révélé que  le nombre d’enfants en situation de pauvreté est passé de 4,9 millions d’enfants en 2001 à 1,2 million d’enfants en 2014, soit une réduction annuelle moyenne de 10,0% de l’effectif global des enfants pauvres à l’échelle nationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *