Présomptions d’arnaque à l’émigration

L’attroupement des gens devant une clinique privée de Casablanca suscite l’étonnement des passants et des automobilistes. Moins impressionnant que ce qui se passe devant les consulats et les ambassades, pour avoir des visas, mais en s’approchant un peu plus, l’enjeu paraît aussi important. Ces citoyens, qui viennent de toutes les régions du royaume, sont là en réponse à un appel à l’emploi ! De l’incroyable mais vrai dans un environnement ravagé par le chômage. Il s’agit du dossier de l’emploi de 22 000 Marocains par une société émiratie.
Cette dernière assure une mission de conseil dans le domaine des ressources humaines et sa crédibilité a été confirmée par l’ambassade du Maroc aux Emirats Arabes Unis. En tous cas, c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du Développement social et de la Solidarité, Abbas El Fassi. Dans son intervention mercredi lors de la séance des questions orales de la Chambre des représentants, M.El Fassi a précisé que tous les centres d’initiative touristique et d’orientation ont été informés de cette opération de sélection. Et d’ajouter que la société émiratie et l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) ont arrêté, lors d’une réunion, le nombre et le profil des employés marocains sollicités et sont convenus de critères de sélection. Le ministre a également indiqué que les dossiers et les contrats de travail seront élaborés durant mai et juin prochain.Les candidats retenus travailleront dans le cadre de contrats d’une durée de 12 mois renouvelable et percevront près de 660 dollars US par mois en sus d’une prime d’environ 100 dollars pour les employés ayant la chance de maîtriser la langue anglaise. Très alléchant pour des gens qui payent beaucoup plus, rien que pour une tentative dangereuse dans une pateras affrontant ainsi un grand risque de perdre la vie contre une faible chance d’aller outre méditerranée.
Devant la clinique, la seule dans tout le royaume qui s’est vue attribuer la mission de la réalisation des visites médicales des candidats, la longue file est calme. Optimisme ou résignation ? Chaque candidat dispose d’un numéro faisant partie d’une liste de 100 noms. Ceux qui arrivent à 4 heures du matin sont reçus vers 10 heures, tandis que les retardataires continuent de poireauter le long de la journée. Seulement, ce calme apparent est nuancé d’une multitude d’interrogations.
Pourquoi le coût de la visite s’élève à 900 dirhams alors que la nature de ce soi-disant examen médical consiste à un simple prélèvement de sang, une mesure de tension, une radio et un contrôle de poids ! 19 millions 800 mille dirhams est la manne céleste que s’appropriera la clinique des 22 000 candidats qui seront admis. Quelles sont les garanties de la véracité de cette opération dont le montant est aussi salé que la mer gaspienne, sachant que l’ANAPEC a reçu plus de 45 000 dossiers de candidature ? Les citoyens viennent de Tanger, d’Oujda, de Séfrou et des fins fonds des régions les plus éloignées encourant ainsi de lourdes dépenses. Pourtant, n’importe quel hôpital dans toutes les villes marocaines est habilité à effectuer ce genre d’examen médical.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *