PRI: «Déclaration de Marrakech», un nouvel engagement pour sauver des vies

PRI: «Déclaration de Marrakech», un nouvel engagement pour sauver des vies

Nos routes sont, sans doute, parmi les plus meurtrières au monde. Au Maroc d’aujourd’hui, 11 personnes meurent quotidiennement dans des accidents de la route, soit 13,5 fois plus qu’en France. En plus des pertes de vie, ces accidents nous coûtent 11 milliards de dirhams chaque année. Ce qui serait un peu l’équivalent de 2,5% du PIB marocain. Ces constats et d’autres encore plus choquants étaient au centre du débat du 12ème Congrès de la Prévention routière internationale (PRI) qui a eu lieu les jeudi et vendredi derniers à Marrakech. Ce congrès a été l’occasion pour les participants de faire leur grand plaidoyer en faveur de la promotion de la sensibilisation et de l’information des usagers de la route afin d’éviter ces drames routiers. Ces différentes recommandations ainsi que les conclusions des travaux de ce congrès ont été regroupées dans un document baptisé «Déclaration de Marrakech». Deux jours de concertation, de brainstorming et de débat autour d’une seule et unique question: «Mobilité et sécurité en milieu urbain: que peut-on faire pour les améliorer simultanément?». Ces deux jours ont donné leurs fruits et plusieurs conclusions en ont été tirées. Le tout regroupé dans la «Déclaration de Marrakech» présentée lors de la séance de clôture dudit congrès. Lors de cet évènement, il a été question de mettre en évidence la «primordialité» d’adoption des stratégies nationales homogènes et claires en la matière, tout en intégrant les objectifs de la sécurité routière dans les différents plans d’action. Les participants à la séance de clôture de ce congrès ont ainsi insisté sur l’importance de promouvoir la formation des usagers de la route, notamment les plus vulnérables. Sans omettre bien évidemment l’intégration de la sécurité routière dans les programmes et cursus scolaires, qui constitue un pas important dans cette sensibilisation autour des accidents de la route. Par ailleurs, et comme les infrastructures sont incriminées autant que le mauvais comportements routiers des usagers, les conférenciers ont insisté sur l’impératif de veiller à la mise en place d’infrastructures et équipements adéquats ainsi que la mise sur pied de signalisations homogènes et unifiées. Parallèlement à cela, ce congrès n’a pas été sans évoquer l’importance de la recherche scientifique dans la mise en œuvre de bonnes actions, solides, en matière de prévention routière. Ceci se fera notamment à travers la collecte, l’analyse et l’échange de données et d’indicateurs et l’élaboration d’études et de recherches très poussées. A cela s’ajoute l’usage des nouvelles technologies, un point qui a été évoqué à plusieurs reprises par les conférenciers qui y voient une perspective d’asseoir les bases de systèmes de circulation intelligents.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *