Projet de résolution sur le Sahara à l’ONU : un texte qui met à nu les manoeuvres algériennes

Projet de résolution  sur le Sahara à l’ONU : un texte qui met à nu les manoeuvres algériennes

Le projet de résolution, adopté cette semaine par consensus par la 4ème Commission des Nations-Unies, marque, de nouveau, l’adhésion de la communauté internationale à une solution politique négociée et l’appui aux efforts du Maroc, à travers son initiative d’autonomie, pour clore définitivement cette question. Ce projet de résolution réitère le soutien des Nations Unies au processus de négociations, appelant de nouveau «toutes les parties et les Etats de la région à coopérer pleinement avec le secrétaire général et son envoyé personnel, et les uns avec les autres».
En vertu de ce projet de résolution, les Etats membres prennent «note des efforts consentis et des développements depuis 2006», en référence, une nouvelle fois, à la dynamique enclenchée par l’initiative marocaine d’une autonomie pour la région du Sahara en vue de mettre fin à ce différend régional. L’implication directe de l’Algérie dans ce différend a, encore une fois, été démontrée de manière flagrante. En effet, le projet initial a été rédigé par la partie algérienne, qui s’est ensuite activée dans les couloirs de l’ONU pour y associer des co-auteurs. En dépit de ces tentatives de l’Algérie de manipuler la Commission, l’objectivité et le bon sens ont prévalu, notent les observateurs. De fait, face à la situation dans la région qui mobilise aujourd’hui la communauté internationale, de nombreuses voix ont tiré la sonnette d’alarme : il ne s’agit plus de suivre l’Algérie dans ses visées hégémonistes, dissimulées derrière «le noble principe de l’autodétermination», mais d’être pragmatique et de se mobiliser devant une réalité qui inquiète, celle de la menace terroriste qui guette la zone sahélo-saharienne, notent des analystes. Le discours algérien n’a pas été porteur de renouveau car n’épousant pas la réalité du terrain, font observer ces mêmes analystes qui relèvent le «ton virulent des pétitionnaires algériens qui ont fait preuve d’un acharnement et d’un zèle inégalés» dignes des années 1960 lorsque l’Algérie luttait, alors, avec l’aide du Maroc, pour recouvrer son indépendance. Non assouvie par le plaidoyer des pétitionnaires qu’elle a rameutés des quatre coins du monde pour faire l’apologie du séparatisme, l’Algérie a eu recours en désespoir de cause à ses propres nationaux formatés pour réciter les thèses caduques des sécuritaires algériens. Cependant, dans la majorité des interventions aussi bien des représentants des Etats membres, pour la plupart des délégués africains, que des pétitionnaires, transparaissait la crainte devant la recrudescence des actes terroristes et les menaces avérées d’instabilité dans la région du Sahel et au-delà. Tous ont affiché une préférence manifeste pour l’initiative marocaine en tant que «réponse sage et concrète» aux menaces réelles.  Le Sénégal, la République de Guinée, le Gabon, les Comores, le Burkina Faso, tout comme le Bénin et la RDC ont tous mis en garde contre le statu quo, notamment au regard des risques d’instabilité et d’insécurité qui pèsent sur les Etats africains au nord et au sud du Sahara.
«Il est impératif de décourager toutes formes de séparatisme ou de désintégration du tissu social de cette région du Maghreb, un mal qui menace, hélas, ici et là, la stabilité de différentes régions du monde», a averti le représentant du Sénégal auprès de l’ONU, l’ambassadeur Paul Badji.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *