Protection des bonnes

L’élaboration d’un plan de communication sur le projet «protection des petites filles domestiques» à Casablanca a été, jeudi, au centre des travaux d’un atelier de réflexion initié par l’UNICEF. Les participants ont débattu tout au long de cette journée, encadrée par des responsables de l’UNICEF, des moyens à mettre en oeuvre et des mécanismes les plus efficients en termes de communication en vue d’influer, dans un premier temps, sur le comportement des familles employeuses avec comme objectif final la mobilisation de différentes composantes sociales pour éradiquer ce phénomène.
La stratégie retenue consiste à renforcer l’adhésion des employeurs et des partenaires aux objectifs fixés par les centres qui travaillent sur les programmes formation-éducation des petites filles domestiques, à améliorer la prise de conscience des parents quant aux impacts et risques encourus par leurs enfants et à contribuer à un plaidoyer pour la mise en oeuvre de lois en leur faveur. Ils ont, par ailleurs, convenu de créer une synergie émanant d’horizons divers, au niveau local, à même de contribuer à la lutte contre le travail de la petite fille domestique.
Il est à souligner que quatre associations partenaires de l’UNICEF oeuvrent dans ce domaine, dans la capitale économique du Royaume. Il s’agit de l’association des bienfaiteurs de Derb Soltane-Fida, l’association Al Amal, la Ligue marocaine de la protection de l’enfance et l’association Bayti. Ces associations disposent de plusieurs centres d’accueil où sont dispensés des cours d’éducation informelle et des soins médicaux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *