Qualité des eaux de baignade : 165 plages surveillées et 4.739 prélèvements effectués

Qualité des eaux de baignade : 165 plages surveillées et 4.739 prélèvements effectués

Les résultats du rapport seront présentés ce vendredi à Rabat

Le nombre de plages objet du programme national de surveillance évolue depuis plusieurs années. En l’espace de 18 ans, nous sommes passés de 50 plages en 2000 à 165 en 2018.

Le tant attendu rapport sur la qualité hygiénique des plages sera présenté le 22 juin à Rabat lors d’une conférence de presse organisée par le secrétariat d’Etat chargé du développement durable. En attendant les résultats de ce rapport, il faut savoir que cette année 165 plages ont été surveillées. Ainsi, le nombre de plages objet du programme national de surveillance évolue depuis plusieurs années. En l’espace de 18 ans, nous sommes passés de 50 plages en 2000 à 129 en 2010, 161 en 2017 puis 165 en 2018 (voir graphique ci-dessous). Pour ce qui est des stations de prélèvement et de surveillance, leur nombre s’est chiffré cette année à 442.

Il est aussi important de signaler qu’au niveau de ces stations, 4.739 prélèvements ont été effectués. Dans le détail, on notera que le plus grand nombre de plages surveillées se situe au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 60 plages et 158 stations de prélèvement. Au niveau de cette région, il a été procédé à 1.643 prélèvements. Viennent ensuite les régions de Casablanca -Settat (36 plages, 111 stations et 1221 prélèvements), Rabat-Salé-Kénitra (18 plages, 46 stations et 506 prélèvements), Souss-Massa (13 plages, 43 stations et 465 prélèvements), l’Oriental (11 plages, 26 stations et 286 prélèvements), Marrakech-Safi (10 plages, 30 stations et 330 prélèvements), Guelmim-Oued Noun (7 plages, 15 stations et 165 prélèvements ), Laâyoune-Sakia Al Hamra (6 plages, 9 stations et 79 prélèvements) et la région de Dakhla-Oued Eddahab (4 plages, 4 stations et 44 prélèvements). La liste des points de surveillance ainsi que les sites de surveillance sont choisis en fonction de l’importance de la fréquentation, de la nature des lieux (relief, forme du rivage, …) et des risques particuliers de pollution pouvant exister (rejet d’eaux usées, embouchures de rivières, ports, …).

Selon le secrétariat d’Etat chargé du développement durable, l’évaluation de la qualité des eaux de baignade du littoral marocain se fait chaque année du mois de mai jusqu’au mois de septembre avec une fréquence de prélèvement bimensuelle et porte sur l’analyse des paramètres microbiologiques applicables et mentionnés par la directive 76/160/CEE et transcrite par la norme marocaine de la qualité des eaux de baignade. La présence de ces germes dans l’eau témoigne de la contamination fécale des zones de baignade. Ils constituent ainsi un indicateur du niveau de pollution par des eaux usées et laissent suspecter par leur présence celles de germes pathogènes. Plus ils sont présents en quantité importante, plus le risque sanitaire augmente. Durant la saison balnéaire, chaque résultat est interprété par rapport à la norme marocaine NM 03.7.200.

Les informations relatives à la qualité des eaux de baignade des sites surveillés sont portées à la connaissance du public par l’affichage régulier (périodique), au niveau de chaque plage, d’un bulletin d’information.

Profil des plages

Les profils des plages consistent  à identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs. Dans le cas où un risque de pollution est identifié, ils visent à définir les mesures de  gestion à mettre en œuvre pour assurer la protection sanitaire  des citoyens  et des actions visant à supprimer ces sources de pollution. Il existe 3 types de profils :  Le profil de type 1 : Le risque de pollution de l’eau de baignade n’est pas avéré ;
le profil de type 2 : Le risque de contamination est avéré et les causes sont connues et le profil de type 3: Le risque de contamination est avéré et les causes sont insuffisamment connues. Jusqu’à fin 2016, 106 profils de plages ont été réalisés, soit 66,25% du total des plages marocaines. Les principales sources de pollution identifiées concernent les dysfonctionnements au niveau des réseaux d’assainissement (pompes, réseaux unitaires, raccordement illicite dans les réseaux pluviaux…) ;  les apports de pollution lors des orages en saison estivale  et les pollutions accidentelles.

La répartition régionale des plages du Royaume avec les stations de prélèvements et de surveillance :

Source : Secrétariat d’Etat chargé du développement durable

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *