Quand la Palestine brûle de mille feux

Depuis le regain des hostilités au Moyen-Orient, le champ politique marocain a commencé au diapason de la Palestine. Officiellement, le Maroc a exprimé dimanche à Rabat ses « profonds regrets pour les explosions » anti-israéliennes qui ont fait 30 morts et 230 blessés samedi et dimanche. « Le Maroc exprime ses profonds regrets pour de telles explosions, ce qui ne facilite guère les efforts déployés par la communauté internationale pour la reprise des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens », a regretté le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué. Le ministère marocain a en outre rappelé que le Maroc avait toujours souligné « la nécessité de mettre fin aux actes de violence et à tout l’engrenage de violence qui s’ensuit et condamné, à chaque occasion, les agressions qui visent les civils innocents des deux côtés ». Pour Shimon Lévy, représentant de la communauté juive au Maroc, « la question des attentats est une affaire très importante. Car, à l’extrémisme de Sharon, aux attaques ciblées sur des militants et à l’intervention dans les cités autonomes, répondent, maintenant, les horribles attaques kamikazes ». Et d’ajouter que les deux intervenants sont d’accord sur un point : pas de négociation. Pas de paix. Pas de restitution des territoires occupés en 1967 ». Pour ce qui est des perspectives d’avenir, M. Lévy s’est dit non optimiste des développements de la situation. « sans une intervention musclée, dit-t-il, de la Communauté internationale, la situation continuera à pourrir dange- reusement. Et de conclure que la seule issue à ce problème consiste dans l’application des résolutions onusiennes». Les attentats anti-israéliens, les plus meurtriers depuis le début de l’Intifada il y a quatorze mois, ont été perpétrés samedi soir à Jérusalem ouest et dimanche contre un bus à Haïfa (nord d’Israël). ils ont été revendiqués par le mouvement palestinien intégriste Hamas.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *