Rabat dans la dynamique de l’INDH

Rabat dans la dynamique de l’INDH

Dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le Premier ministre, Driss Jettou, a procédé, lundi dernier, au coup d’envoi d’un certain nombre de projets concernant exclusivement la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs.
Il s’agit en fait d’une première tranche qui sera exécutée au cours des trois prochains mois de l’année 2005 et qui est dotée d’une enveloppe budgétaire atteignant les 23 millions DH. Cette somme étant répartie entre 14 millions DH réservés au programme de lutte contre l’exclusion sociale et 9 millions DH affectés au programme de lutte contre la précarité. Ce financement sera assuré par la wilaya ainsi que les conseils régional, préfectoral et communal.
L’objectif primordial de ce programme trimestriel s’articule autour de deux axes.
D’une part, la réhabilitation économique et sociale et d’autre part le renforcement des activités génératrices de revenus.
C’est ainsi que le Premier ministre a présidé, à cette occasion, au siège de la wilaya de Rabat, une cérémonie de signature de trois conventions de partenariat. La première convention concerne la généralisation de l’accès à l’eau potable, à l’électricité et au réseau d’assainissement. Elle a été signée par le directeur général de Rédal, Guillaume Gilles, et le maire de Rabat, Omar Bahraoui, en sa qualité d’autorité délégataire et de président de l’instance de suivi de l’activité de Rédal. Ce projet nécessite une enveloppe globale de 430 millions DH et bénéficiera à environ 30.000 familles.
Dans une déclaration accordée à l’agence MAP, le DG de la Rédal a souligné que le programme de son entreprise, étalé sur une période de quatre ans, cible l’ensemble des quartiers déshérités recensés par l’INDH.
Quant à Omar El Bahraoui, il a souligné que le conseil qu’il préside a élaboré un plan triennal (2005-2007) d’un coût estimé à 1,5 milliard DH pour réaliser les grands chantiers ouverts à l’échelle de la ville de Rabat, dont celui de l’aménagement de la vallée de l’Oued Bouregreg. En fait, les actions de la ville de Rabat pour les deux prochains exercices sont essentiellement axées autour de projets relatifs à l’INDH.
Concernant les deux autres conventions signées en présence du Premier ministre, elles ont trait à la formation au profit des jeunes en situation difficile, à l’encouragement d’activités génératrices de revenus et l’encadrement de jeunes.
Signé par le wali et des acteurs de la société civile, notamment l’Association marocaine d’insertion professionnelle et entrepreunariale des jeunes et des femmes et l’association "Ribat El Fath", ces projets ont pour but d’élargir les zones d’activités économiques, l’emploi  des jeunes diplômés en chômage et la contribution à l’animation culturelle,  artistique et sportive. C’est le cas essentiellement du projet de création d’une pépinière d’entreprises dans le secteur des nouvelles technologies de l’information. Situé dans le quartier Agdal, ce projet, dont le coût global de construction est estimé à 17 millions de dirhams, sera réalisé dans douze mois. Les travaux du projet qui vise l’encouragement et l’accompagnement de jeunes diplômés pour la création d’entreprises qui s’intègrent dans le tissu économique, débuteront fin 2005. Financé par la municipalité de Rabat, le projet sera construit sur une superficie de plus de 6.300 m2 et comprendra 94 locaux et une logistique mise à la disposition des jeunes promoteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *