Rabat-Madrid, l’axe de l’amitié

«C’est une rencontre entre les membres d’une même famille», c’est en ces termes qu’un diplomate espagnol en poste à Rabat a qualifié la visite que SM le Roi Juan Carlos premier a effectuée, hier lundi 24 juillet, au Maroc.
Arrivé en milieu de journée à l’aéroport de Casablanca-Anfa, le Souverain espagnol a été accueilli par SM le Roi Mohammed VI qui était accompagné de SAR Moulay Rachid. Les deux monarques se sont dirigés ensuite vers la résidence royale à Casablanca à bord d’un véhicule conduit par SM le Roi Mohammed VI lui-même.
Les deux Souverains se sont ensuite entretenus en tête-à-tête avant de participer à un déjeuner offert par SM le Roi en l’honneur de son illustre hôte.
La visite de SM le Roi Juan Carlos au Maroc, est, de l’avis de tous les observateurs, un autre signal fort visant à consolider les liens d’amitié et de fraternité qui unissent les deux pays. Des sources diplomatiques affirment que la réunion des deux chefs d’Etat sera consacrée à la coopération bilatérale. D’autant plus qu’elle intervient à un moment où les relations entre les deux royaumes commencent à se remettre des séquelles des huit années de tensions politiques et diplomatiques qu’ils ont vécues sous le gouvernement de droite dirigé par José Maria Aznar. Des tensions qui ont failli dégénérer en conflit armé lors de l’invasion de l’îlot marocain Leila.
Une page difficile de l’histoire de leurs relations bilatérales que les deux pays tentent, aujourd’hui, de tourner définitivement tout en œuvrant pour la création de mécanismes de concertation politique censés servir à éviter des crises telles que celle provoquée par l’ancien président du gouvernement espagnol. Avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, le 14 mars 2004, dirigés par José Luis Rodriguez Zapatero, les liens de coopération dans le domaine politique et économique se développent d’une manière très satisfaisante.
«Il faut dire que les liens personnels d’amitié et de fraternité existant entre les deux maisons royales jouent un rôle primordial dans la stabilité des relations entre les deux pays», affirme un diplomate espagnol accrédité à Rabat avant d’ajouter : «même en temps de crise, les liens entre les deux Palais ont maintenu ouverts les canaux de concertations ce qui a permis d’éviter le pire notamment lors de la crise de Perejil». Il faut rappeler que ces concertations ont été maintenues malgré l’hostilité du gouvernement Aznar à toute implication du Souverain espagnol dans la politique étrangère espagnole. Ce qui est pourtant l’une des missions que lui confère la Constitution de 1978.
Aujourd’hui, SM le Roi Juan Carlos, comptant parmi les grands rois de l’Histoire contemporaine,  a récupéré ses prérogatives constitutionnelles qu’il exerce pleinement sur la scène internationale. Connaissant la pertinence de ses jugements et la sagesse de ses positions, le gouvernement socialiste a même sollicité son intervention dans plusieurs dossiers dont celui des relations avec le Maroc. Le moins que l’on puisse dire c’est que la réussite était au rendez-vous.
En 2005, le Souverain espagnol a effectué en compagnie de SM la Reine Sofia une visite officielle au Royaume qui a été marquée entre autres par un grand discours que SM Juan Carlos avait prononcé devant les membres des deux Chambres du Parlement marocain. Une première dans les annales des relations bilatérales.
En se rendant pour la deuxième fois au Maroc en l’espace d’une année, le Roi d’Espagne conforte l’amitié liant les deux monarchies, espagnole et marocaine. Une amitié qui doit être définitivement immunisée contre les vicissitudes de la politique pour le bien-être des deux peuples et les intérêts mieux compris des deux nations.     

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *