Rabat-Rome : Ralations au beau fixe

La visite du président italien Carlo Azeglio Ciampi au Maroc survient après celle effectuée en avril 2000 en Italie par SM le Roi Mohammed VI. Depuis, les relations bilatérales ont connu un développement satisfaisant, les deux pays étant solidement ancrés dans leur conviction de pays méditerranéens appelés non seulement à tisser des relations d’amitié, mais également un partenariat qu’imposent la géographie, l’histoire commune et les intérêts stratégiques.
Sur le plan politique, les relations entre les deux pays se caractérisent par une convergence de vues sur les grandes questions régionales et internationales d’intérêt commun. C’est sous ces auspices que se profile pour le Maroc la présidence italienne de l’Union européenne, au deuxième trimestre de l’année prochaine, qui sera également marquée par l’organisation de la sixième conférence ministérielle euro-méditeranéenne.
La présidence italienne de l’UE, dont elle est membre fondateur, ne manquera pas de donner un nouvel essor aux relations de partenariat entre le Maroc et l’Europe, dont la vitesse de croisière a dû conjoncturellement être réduite.
Sur le plan commercial, l’Italie est au septième rang des partenaires du Maroc avec 4,7 pc des importations marocaines et elle est le quatrième client du royaume avec 7,6 pc d’exportations. Rien que pour les 10 derniers mois de l’année 2001, la valeur des importations s’est élevée à 4,9 milliards de Dh alors que les exportations ont atteint 3,6 milliards de Dh, avec un taux de couverture de 74 %. Le Maroc demeure l’une des priorités de l’Italie au sud de la Méditerranée. En février dernier, le ministre italien délégué pour le commerce extérieur, Adofo Urso avait conduit au royaume une délégation de 80 opérateurs économique, italiens. Au cours du séjour de la délégation, l’accent a été mis sur un appui italien aux centres techniques et industriels et aux PME marocaines. L’Italie, membre du G8, est connue pour avoir tissé avec succès son tissu de PME/PMI, un succès qui la positionne en tant que pays à la quête de nouvelles opportunités d’investissements.
Dans cette optique, le Maroc est un partenaire tout indiqué. Ses atouts géographiques et humains, sa stabilité politique, et son réseau de partenariat, tant avec l’Union européenne, que prochainement avec les Etats-unis et aussi avec les pays arabes, en font une source sure d’opportunités d’investissement pour les capitaux italiens.
Le plan d’action maroco-italien, signé à Rome en décembre dernier, et valable pour la période 2002-2004, offre une série de mécanismes nouveaux permettant l’investissement. C’est dans ce cadre que s’est réuni en février dernier au Maroc le premier groupe de travail prévu par le plan, afin d’identifier les actions à entreprendre et d’en assurer le suivi. Enfin sur le plan culturel et scientifique, les actions initiées de part et d’autres n’ont pas encore atteint un niveau satisfaisant, au moment où la communauté marocaine établie en Italie est estimée à quelque 200.000 personnes.
Cinq accords de coopération entre universités marocaines et italiennes sont en cours de finalisation et viendront s’ajouter à la dizaine d’accords existants dans ce domaine, en plus du programme de formation de formateurs marocains pour l’enseignement de la langue italienne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *