Rabat-Rome : Relations exemplaires

Le 25 novembre 1991, un traité d’Amitié et de Coopération a été signé entre le Maroc et l’Italie, instituant entre autres, des consultations annuelles au niveau des ministères des affaires étrangères. Depuis cette date, les relations maroco-italiennes connaissent une évolution constante et ne cessent de se renforcer.
La dernière visite en Italie de SM Mohammed VI, au mois d’avril 2000, a constitué une étape importante dans la relance et la diversification de la coopération entre les deux pays. Cette visite a été couronnée par des échanges intensifs particulièrement entre les milieux d’affaires dans le but de concrétiser un partenariat novateur et dynamique. La convergence de vues sur les grandes questions régionales et internationales d’intérêt commun reflète la nature des relations politiques entre les deux pays. Elles sont exemplaires. Les consultations politiques sont fréquentes et régulières. L’Italie porte un intérêt particulier à la Méditerranée, à la crise au Proche-orient et à l’intégration régionale au Maghreb. Au deuxième trimestre de l’année 2003, l’Italie assurera la présidence de l’Union Européenne.
A ce titre, elle accueillera la sixième conférence ministérielle euro-méditerranéenne. Importants partenaires dans la région euro-méditerranéenne, et dans leurs relations avec l’UE, l’Italie et le Maroc sont également membres du Forum Méditerranéen et du Dialogue 5+5. Au niveau des échanges commerciaux entre nos deux pays, l’Italie occupe la septième position avec 4,7 % de nos importations, comme elle est notre quatrième client avec 7,6 % de nos exportations. Sur le plan de la coopération bilatérale, le Maroc constitue une des priorités de la diplomatie italienne au sud de la Méditerranée, comme en témoigne les nombreuses visites effectuées par des responsables italiens qui multiplient les ouvertures et les opportunités en direction de notre pays. Quant à la coopération au développement, le Maroc fait partie des principaux pays bénéficiaires de l’aide publique italienne au développement. Il faut dire que cette nouvelle dynamique a été renforcée par la conversion de la dette publique marocaine envers l’Italie, dont la concrétisation est intervenue à l’occasion de la visite d’Etat de SM le Roi Mohammed VI en Italie, au mois d’avril 2000. C’est ainsi qu’un accord a été conclu pour la conversion de 100 Millions dollars US en investissements publics dont la première tranche ( environ 50 Millions dollars US) a déjà été réalisée. L’accord pour la deuxième tranche vient d’être finalisé.
Du côté italien, le ministre Urso a laissé entendre lors de sa dernière visite que la conversion d’une autre tranche de la dette marocaine envers l’Italie est envisageable, pour la mettre à la disposition des industries italiennes qui entendent se délocaliser au Maroc ou pour réaliser des projets en partenariat avec leurs homologues marocains. Dans un autre volet, la coopération culturelle et scientifique entre le Maroc et l’Italie est satisfaisante bien qu’elle demeure en-deçà de son réel potentiel compte tenu de la richesse culturelle des deux pays et du potentiel technologique et scientifique italien. Cela va sans parler de l’existence d’une grande communauté marocaine en Italie, estimée à environ 200 000 personnes. Ce qui constitue potentiel vecteur important de rapprochement culturel entre les deux pays. En 2002, un Forum Maroc-Italie a été mis en place pour dynamiser cette coopération. C’est dans ce cadre que des journées marocaines ont été organisées à Milan en avril 2002.
Par ailleurs, il existe dix accords de coopération entre des universités marocaines et italiennes et cinq autres sont en cours de finalisation. L’Italie octroie également des bourses et des stages pour des étudiants marocains sans parler du programme de formation et de formateurs marocains pour l’enseignement de la langue italienne. Le Maroc a également participé à la manifestation « culturalia 2001 » en décembre 2001 à Rome. S’ajoute à cela les nombreuses soirées artistiques et autres manifestations marocaines organisées ces dernières années en Italie et les émissions programmées par les chaînes de la RAI.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *