Rabat se fait belle pour les noces du Roi

Mercredi soir à Rabat. Des bannières multicolores battant au vent annoncent, dès la sortie de l’autoroute en venant de Casablanca, un air de fête à Rabat. Elles sont aux couleurs de l’arc-en-ciel. Elles font un cortège au drapeau national. L’oeil du visiteur, surpris, est éclairé par mille et une lumières en provenance d’ampoules innombrables. Elles pendent aux lampadaires, habillent les arbres. Plus le visiteur avance en direction du centre-ville, mieux la ville lui dévoile l’étendue de sa parure. La porte de Bab Rouah, que l’on aperçoit de très loin, a une apparence nouvelle. Elle est illuminée.
Les arbres qui bordent l’avenue de la Victoire ont été revêtus par des cordons de lampes fluorescentes. Ces cordons ont été installés de façon à serpenter à la manière des montagnes russes. Des camions-grues sont encore là. Des hommes donnent à cette allée sa dernière touche pour qu’elle soit prête pour la fête. Les hommes s’activent partout. Ils travaillent jour et nuit pour que la ville soit à l’unisson de l’événement qui s’y prépare. Ils sont très nombreux au boulevard Mohammed V. Ils disposent des pavés neufs devant la gare. Ils ont déjà planté des géraniums dans les lopins de terre qui jonchent les pelouses. Entouré les palmiers de plantes. Redoublé d’inventivité pour assembler les ampoules en vue de dessiner des figures joyeuses. Ils ont repeint les trottoirs. Enguirlandé les espaces vides entre les lampadaires. Disposé partout des girandoles sous forme de pyramide. Ils étaient encore en train de dresser une estrade devant la gare. C’est que la fête ne va pas seulement se voir, mais s’entendre. Des troupes folkloriques de tout le Maroc prendront part aux festivités. L’édifice du Parlement est orné de festons.
En face, l’hôtel Balima a refait façade blanche. «Jamais de mémoire d’homme, on n’a vu ce boulevard aussi beau» dit Karim, un vieux habitué d’un café de l’avenue Mohammed V. Un autre ajoute : «ah! si Rabat pouvait rester aussi illuminée et aussi propre». Les cordons décoratifs et les guirlandes n’ont pas pénétré tous les espaces de la ville. Dans les quartiers populaires, on rencontre très peu de guirlandes électriques. Mais le peu qu’il en existe atteste la volonté de n’exclure personne de la fête. Plus haut, le dallage de la place de la mosquée Assounâ a été refait. Plus haut encore, du côté de la route Zaer, des tentes caïdales font des taches blanches dans la nuit. Elles ont été dressées dans des terrains vides.
Quelques hennissements de chevaux laissent supposer qu’elles seront le théâtre de fantasias. En effet, dans différents endroits de Rabat, Salé et Skhirat, pas moins de 600 tentes ont été plantées. Quelque 1500 chevaux piaffent d’impatience dans l’attente de la fête. Celle-ci sera portée à son comble par un feu d’artifice qui enflammera, à partir de l’esplanade de la Tour Hassan, tout Rabat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *