Raja-Wac : une victoire et quelques dégâts

Raja-Wac : une victoire et quelques dégâts

Le 99ème classique Raja-Wydad était le rendez-vous le plus attendu de la dixième journée du Championnat national de 1ère division de  football (GNFE-1). C’est, en effet, le derby qui attire le plus de supporters non seulement de la capitale économique, mais aussi de d’autres villes. Le nombre de supporters peut atteindre des fois plus de 50.000 personnes. Avec un grand nombre de supporters, on assiste souvent à des actes de vandalisme qui, malheureusement, nuisent à l’image du football marocain. Si notre équipe perd, on passe à la casse. C’est hélas la pensée de certains «supporters». Pour d’autres, il s’agit uniquement d’un défoulement. Une partie de plaisir. Ils s’en foutent de qui va gagner ou qui va perdre. L’essentiel, pour eux, c’est de faire la «fête». Drôle de fête d’ailleurs.
Le match opposant le Raja et le Wydad, tenu dimanche au terme de la dixième journée de la GNFE-1, n’a pas échappé à la règle. Les supporters furent nombreux comme veut la tradition.
Pour éviter qu’il ait des accrochages, les forces de sûreté nationale se sont manifestement mobilisées. Comme dit le proverbe vaut mieux prévenir que guérir. D’après des sources policières, il n’y avait pas eu beaucoup d’actes de vandalisme. Aucune arrestation n’a été signalée. «On a su gérer la situation. Il n’y avait pas eu d’arrestation. Toutefois, quelques actes de vandalisme ont été signalés avant le match. Il y avait quelques jets de pierres, mais rien d’alarmant. Comparé à des derbies précédents, on peut dire que ça c’est bien passé,» précise-t-on de sources policières.
Après le match et pour éviter que les mécontents ne se déchaînent, les alentours du stade ont été déserts. Il n’y avait pas d’autobus. Les supporters se sont retrouvés face aux forces de l’ordre qui étaient sur le qui-vive. Cette mesure a apparemment permis d’éviter que le pire ne se produise.
Par contre, d’après certains témoignages, il y avait des jets de pierres par ici et par là. Au centre-ville, les policiers ont été très présents. Les forces d’intervention rapide ont été omniprésentes même dans les points d’arrêt des taxis blancs. En un mot, c’était l’alerte générale. Et il y avait de quoi. Il suffit de rappeler quelques mauvais souvenirs quand les «supporters» se déchaînaient, provoquant casse et saccage. Il y avait des journées où le nombre de personnes interpellées pouvait atteindre plusieurs centaines. On peut dire que cette fois-ci le pire a été évité. À un moment où le football national s’apprête à se professionnaliser, on se demande aujourd’hui jusqu’à quand devrons-nous continuer à mobiliser la police à chaque fois qu’un derby a lieu ? En un mot Comment introduire une bandose de sévélité et de respect à l’intérieur et au sortir des stades ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *