Rajeunir les élites politiques

Les travaux de la session, présidée par Abbès El Fassi, secrétaire général du parti, s’articulaient autour d’un exposé du Secrétaire général de la jeunesse et de deux autres, par MM.Saâd Alami et Mustapha Akidi avec pour thème les échéances électorales de septembre prochain. Ces travaux qui ont duré près d’une journée, étaient surtout marqués par l’exposé d’orientation de M.Abbès El Fassi dans lequel il a insisté sur l’importance de la jeunesse et la nécessité de rajeunir les candidats. Il a également rappelé que son parti tient plus que jamais aux principes de la transparence notamment en ce qui concerne les prochaines élections. A noter également que les discussions étaient rythmés par les nombreuses participations. Près de soixante interventions, confie M.Abdallah Bakkali, Secrétaire général de la jeunesse istiqlalienne, tout imprégnées de déception et de lassitude, voire de colère envers la réalité du secteur électoral dans notre pays. D’ailleurs le communiqué final est aussi basé sur les éléctions de septembre prochain en insistant sur ce précieux sésame qu’est la transparence.
Cette dernière serait fortement sollicitée à deux niveaux d’après le communiqué. D’abord l’Etat devrait faire montre d’une réelle dynamique en ce qui concerne les lois électorales et par conséquent instaurer une bonne fois pour toutes ce fameux principe de neutralité de l’Administration lors des élections et couper tout lien avec les traditionnelles anomalies afin de retrouver une entière crédibilité tant convoitée par toutes les composantes de la société marocaine, et particulièrement les nouvelles générations avides de principes de démocratie et de liberté. D’un autre côté, cet état de faits ne concerne pas seulement l’Etat en tant qu’institution.
Les partis politiques se doivent de donner l’exemple en observant le respect de la démocratie quant au choix des candidats et la présentation des programmes électoraux. Aucune formation politique n’est à l’abri d’éventuels candidats véreux. La vigilance est donc de mise chez les partis politiques qui doivent combattre toute tentative de corruption que ce soit l’achat des votes ou les différentes sortes de falsification en usage depuis de longues années. Il reste à savoir si ces doléances exprimées dans le communiqué final de la jeunesse istiqlalienne auront une chance d’aboutir. Vivement septembre prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *